Coups de gueule

Je ne veux pas d’un maire RN pour ma ville.

Posté par Réjane 12 mars 2020 0 commentaire

Je vis et travaille à Perpignan. Avec mon compagnon, nous avons même acheté une maison il y a peu, lui habite ici depuis toujours. Je suis une chef d’entreprise et une jeune maman d’un bébé de 10 mois. Mon nano-catalan est inscrit à la crèche depuis septembre et je le vois s’éveiller chaque jour un peu plus aux côtés d’une équipe hyper bienveillante. Si je donne tout pour avancer dans ma vie, j’ai conscience de la réalité qui m’entoure, d’autant plus en période d’élection. Et oui, on nous crie depuis des semaines que tout va mal. En effet, si je suis bien à Perpignan, j’ai évidemment conscience qu’elle n’est pas parfaite, mais je l’aime cette ville mais je l’aime aussi au delà des clichés qui l’accompagne. Et que oui, depuis des semaines, il y a un élément qui est de plus en plus en train de me révolter : les sondages qui placent Louis Aliot en tête d’une part, mais surtout la campagne orchestrée par le RN pour Louis Aliot.

Vous êtes certainement au courant, les 15 et 22 mars auront lieu les élections municipales. Vous devez également savoir que parmi les candidats de notre cité catalane, il y a Louis Aliot, faussement sans étiquette, vraiment soutenu par le RN. Perpignan est depuis quelques mois sur toutes les langues des journalistes, rassurez-vous, pas pour expliquer que c’est une ville où il fait bon vivre. Non, on parle de Perpignan grâce à des sondages basés sur 600 personnes, on parle de Perpignan puisqu’il y un terrain fertile pour les clichés.

Nous sommes désormais à quelques heures du scrutin et on ne va pas se mentir, cela m’agacerait que mon fils ait un maire RN, que l’équipe RN décide et choisisse les éléments culturels qui jalonneront la scolarité de mon fils, qui elle-même sera gérée et pensée par une équipe RN.

Pour rappel, le maire est chargé :

  • de mettre en œuvre les décisions du conseil municipal ;
  • de préparer et de proposer le budget ;
  • de donner ordre au comptable public de payer les dépenses (ordonnancement des dépenses) ;
  • de gérer les revenus de la commune ;
  • de surveiller la comptabilité communale ;
  • de signer les marchés ;
  • de conduire la procédure de passation des marchés publics en respectant les règles de publicité et de mise en concurrence concernant les travaux communaux ;
  • de diriger les travaux communaux ;
  • de conserver et d’administrer les propriétés de la commune et de faire, en conséquence, tous actes conservatoires de ses droits ;
  • de passer les actes de vente : échange, partage, acceptation de dons et legs, acquisition, transaction, lorsque ceux-ci ont été autorisés conformément aux dispositions du CGCT ;
  • de passer, le cas échéant, des baux conférant la jouissance exclusive d’un bien avec un cocontractant qui ne sera pas obligatoirement un habitant de la commune (passation des baux des biens, exemple : bail emphytéotique administratif ;
  • de prendre les mesures relatives à la gestion de la voirie communale,
  • de surveiller les établissements communaux (CCAS, écoles maternelles et élémentaires); établissements publics sociaux ou médico-sociaux ; caisse des écoles, etc.) ;
  • de prendre les mesures nécessaires pour la destruction des animaux nuisibles, en cas de défaillance des propriétaires ou des détenteurs des droits de chasse ;
  • de réaliser les enquêtes de recensement.

Source : https://www.collectivites-locales.gouv.fr/attributions-maire-tant-que-chef-ladministration-municipale

Bien naïvement, je suis la campagne de Louis Aliot en me disant « il veut la mairie » mais si on creuse un peu, nous rendons compte que juste la motivation de ce choix, nous somme une quelque sorte trompés. Il suffit de lire un article publié sur Lemonde.fr où il est expliqué les ambitions de Louis Aliot et de son ami, Robert Ménard :

Source : https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/10/26/a-perpignan-louis-aliot-joue-la-carte-robert-menard_6017009_823448.html

Et oui, la motivation n’est pas POUR Perpignan mais pour le pouvoir, un pouvoir plus large, celui d’un département, d’une région…

En tant que simple citoyenne, je n’ai pas envie que ma ville soit la petite soeur de Béziers, je me refuse d’avoir peur en lisant le journal de ma ville (ou des PO, ou de l’Occitane…) !

Mais certes, chaque personne est différente. Si le maire de Béziers brille par ses prises de position « malaisantes » envers l’immigration, Louis Aliot surfe sur un autre registre… On peut penser par exemple à cette question du non-remboursement de l’IVG de confort…

Rassurez-vous, son ex compagne était d’accord avec lui en expliquant dans La Croix : « Je pense qu’il faut cesser de rembourser l’avortement. Il existe suffisamment de moyens de contraception aujourd’hui.»

Il y a aussi le l’amalgame entre l’enterrement de Charb et celui d’un dignitaire nazi, oui, on pensait que tout le monde était Charlie…

Vous pouvez retrouver l’intégralité de l’article ici : https://www.humanite.fr/louis-aliot-devrait-faire-verifier-son-parallelisme-565194

Mais aujourd’hui, ce qui nous intéresse, ce sont les 15 et 22 mars prochains et parlons donc ouvertement des faits et de la vie politique locale, Louis Aliot n’est à Perpignan uniquement en période électorale, le reste du temps, on ne le voit pas. J’en veux pour preuve les deux dernières élections, par exemple pour les municipales de 2014, il était bien présent à tous les conseils. En 2019, hop, il n’en rate qu’un. Pour les autres années hors élections ? Et bien il brille par ses retards ou ses départs en avance, du moins quand il est présent !

Aujourd’hui, j’ai envie d’aller au-delà de la question de la non-connaissance du prix d’un billet de bus. Nous sommes des humains, nous allons élire des des humains qui auront à gérer d’autres humains. Nous sommes imparfaits mais nous sommes TOUS ensemble sur la MÊME terre. Les facettes de Perpignan sont multiples, Perpignan est riche de sa culture mais aussi et surtout de son multicularisme.

Les 15 et 22 mars, je n’y vois pas juste une simple élection, une petite élection de délégués, j’y vois un message fort envers le « vivre ensemble ». N’écoutons pas ces chants des sirènes, n’allons pas voter CONTRE, ne pensons pas que nous allons sanctionner le gouvernement avec ces élections, en votant POUR Louis Aliot, vous voter pour ses idées, le vote « contre » n’existe pas. Votre voix CONTRE pèsera autant que le vote des pro-RN.

Évidemment, on a envie d’avoir une ville encore plus attractive, qu’on a envie que les médias s’intéressent à notre ville pour que le plus grand nombre connaisse et vienne découvrir cette terre catalane qui nous tient tous à coeur, mais soyons sérieux deux minutes… Les médias effectivement mettront les projecteurs sur notre ville, mais pas pour les raisons que vous espérez, non, ça sera pour dire « Perpignan, une bonne prise pour le RN ». Il suffit de regarder le traitement médiatique de Béziers. Est-ce que Louis Aliot travaillera avec les pouvoirs publics pour continuer à faire avancer Perpignan ? Non.

Alors oui, la ville n’est pas parfaite, évidemment, on peut toujours mieux faire, mais Perpignan mérite qu’on l’aime, pas qu’on la divise. Sauf erreur de ma part, on apprend en discutant, en essayant de comprendre l’autre et pas en se fermant sur soi-même avec sa peur de l’autre.

N’oublions pas tout cela, n’oubliez pas tout cela les 15 et 22 mars quand vous serez dans les urnes. L’équipe du RN fait tout pour faire oublier ses casseroles, mais nous avons un devoir de mémoire ! Pour nous, pour nos enfants, pour notre avenir ! Arrêtons de plonger dans ces douces sornettes qui dépeignent Louis Aliot comme le bon vivant qui trinque avec les gens. S’il vous plait, ne séparons pas l’homme des coups de com’ !

Les 15 et 22 mars en votant pour ce RN non assumé, vous direz oui à une équipe qui va diviser.
Les 15 et 22 mars, le laissez pas de place à la haine !

Laisser un commentaire

Vous aimerez aussi