ActualitésCultureSériesTendances

Thirteen Reasons Why, le miracle de la saison 3

Posté par Marie 18 septembre 2019 0 commentaire

La série 13 Reasons Why fait beaucoup parler d’elle depuis sa première diffusion, et même sur Berthine nous vous en avions parlé après le véritable phénomène d’engouement de la saison 1 puis à l’occasion de la sortie de sa deuxième saison. Le mois dernier, Netflix a mis en ligne les 13 épisodes de sa troisième saison, que je me suis empressée – je l’avoue sans honte – de regarder.

J’ai été étonnée par mon propre enthousiasme à l’idée de reprendre ce teen show à la qualité scénaristique plus qu’approximative, mais je l’explique en partie en repensant à la bonne surprise que fut pour moi la saison 2. 13 Reasons Why inverse la tendance classique des séries et gagne en qualité et en profondeur au fur et à mesure que les saisons sont produites.

Oui, vous l’aurez compris, j’ai beaucoup apprécié cette troisième saison.

Évidemment, la série n’a pas échappé à ses lourdeurs caractéristiques : elle semble attachée à la construction en voix-off et en flashback qui était pourtant déjà démodée en 2017 ( c’est toujours aussi démodé je vous rassure, ndlr) et l’acteur principal – Clay Jensen, interprété par Dylan Minnette – a conservé son charisme de mollusque. Ses rebondissements prévisibles et sa construction bancale ne font pas de 13 Reasons Why une mauvaise série, mais plutôt une série classique pour adolescent.e.s tel qu’on peut en trouver par milliers sur toutes les plateformes de votre choix.

Cependant, si celle-ci se démarque c’est parce qu’au-delà de la forme ultra-classique de son scénario, elle prend le risque – et ce depuis 3 ans maintenant – de proposer un message unique en son genre, risqué et qui aborde des problématiques très actuelles.

Si vous n’avez pas encore vu cette dernière saison, sachez que la suite de cet article contient de nombreux spoilers.

Après une première saison sur le suicide et une seconde sur le viol, la troisième saison s’attaque à plus complexe encore : les violeurs. Bryce Walker, ou plutôt la disparition de celui-ci, est le fil rouge de cette histoire et les 13 épisodes mettent en avant 13 indices (un chacun, donc) menant à la résolution de son meurtre.

J’ai eu (très) peur au tout début de la série : j’ai crains qu’elle ne cherche à humaniser un violeur au point de le rendre sympathique et qu’elle essaie d’effacer ses crimes. Heureusement, le portrait de Bryce est dépeint de manière assez subtile et on comprend peu à peu les ramifications psychologiques derrière son comportement violent – ce qui n’excuse en aucun cas la conséquence. En outre, la relation (siiiii prévisible) entre Ani et Bryce ressemble au premier coup d’œil à un chemin de « guérison » du violeur mais il est très net que ses réflexes violents sont loin d’être effacés, et Ani elle-même prend peur (à raison). D’ailleurs, il est bien précisé tout au long de la saison qu’il n’est pas le seul violeur du lycée…

Cette série réussit haut la main le défi de parler de sujets très sérieux de manière abordable et saine pour son public ciblé. Immigration, harcèlement, addiction et violences systémiques font partie intégrante du noyau dur de l’intrigue. Elle aborde également des questions de sexualité et de réappropriation du corps avec une fraîcheur assez remarquable.

Pour faire plus clair, ce que j’ai adoré dans cette troisième saison c’est l’efficacité avec laquelle elle traite des sujets pourtant extrêmement compliqués, en faisant très peu de faux-pas, et en offrant à des adolescent.e.s la possibilité de comprendre de réels enjeux sociaux à travers sa galerie de personnages très attachants.

Bon, bien-sûr, tout n’est pas parfait. Je trouve que certains personnages restent trop cantonnés à leur caricature, que la bien-pensance globale de la conclusion est un petit peu facile et que certaines choses auraient gagné à être plus dénoncées (l’incompétence choquante de la police par exemple, ou celle du principal du collège). Mais pour l’instant 13 Reasons Why a réussi le miracle de s’améliorer de saison en saison, en espérant que ça dure, car une quatrième saison a été confirmée … (honnêtement j’ai beau chercher je ne vois plus ce qui pourrait la fournir !)

Pensées orphelines

  • Les parents de Clay sont d’une naïveté à pleurer.
  • Clay lui-même me met hors de moi, POURQUOI ce personnage est-il aussi MOU.
  • L’histoire la plus réussie de la saison entière est pour moi celle de Tyler ; sa scène d’aveux à Clay m’a fait pleurer comme jamais.
  • La chute est incompréhensible et très décevante. Alex fait partie des personnages dont je ne comprends absolument pas l’utilité non plus (et je ne me suis pas remise de cette histoire de « rater son suicide » complètement bidon)
  • Qui kiffe à mort le nouveau style de Jessica ? o/

Laisser un commentaire

Vous aimerez aussi