Sexe

La vie sexuelle de mon voisin Francis — Episode 2

Posté par Loupche 26 décembre 2019 0 commentaire

Si tu as loupé le premier épisode, tu ne comprendras pas grand-chose. Tu peux lire le premier volet de cette saga pleine de suspens juste ici

Six mois plus tard, il est temps pour moi de faire une mise à jour de ma relation conflictuelle avec Francis. Alors qu’il m’attendrissait au début de notre histoire, il me tape aujourd’hui tellement sur le système que j’ai envie de lui faire bouffer sa guitare toutes les nuits. Ah oui, on change de style pour ce deuxième volet. 

Au-delà de la guitare, parlons de sa dulcinée. Déjà, elle vient moins souvent, et part plus tôt. Etant donné qu’elle a probablement quarante ans de différence avec Francis, et que leur relation est calibrée à l’heure près, j’envisage très sérieusement la possibilité d’un échange économico-sexuel. Notamment que — pardonnez mon incapacité à prendre des pincettes — Francis n’a pas un physique très avantageux. Parce que OUI, je me suis retrouvée face à face avec lui depuis, et j’ai été obligée de lui montrer qui était la patronne. Mais ça, ce sera pour le troisième épisode, car nous avons beaucoup de choses à couvrir avant de parler de notre rencontre. 

Revenons à cette femme, donc. Elle vient beaucoup moins qu’avant, et part maintenant aux alentours de 23 heures, soit une heure plus tôt. Je l’entends rarement rigoler au-dessus de ma tête le week-end, alors que c’était systématique avant. Tout porte à croire que mon cher voisin n’a plus les moyens de s’offrir sa présence aussi fréquemment. Et puis, soyons claires un instant, elle est jeune et très jolie, deux caractéristiques que Francis n’a pas. 

« Oui mais ça ne suffit pas comme preuves d’un échange économico-sexuel ». Je suis bien d’accord, il est fort probable que j’affabule, et que ma haine sourde (mais pas sourde à sa guitare) ne m’encourage pas à avoir une grande estime pour Francis. Mais j’ai toutefois d’autres raisons, exposées pèle-mêle ci-dessous, de maintenir cette hypothèse :

  • On entend bien Francis jouir, mais jamais elle. Aucune preuve auditive de son plaisir, et dès qu’il jouit, tout s’arrête. Alors, on pourrait répondre à cela qu’elle est très silencieuse, et qu’elle a systématiquement pris son pied avant que son cher et tendre ne jouisse — mais permettez-moi d’en douter.
  • Francis n’a aucun style et a l’air tout sauf sympathique. Cela fait beaucoup d’éléments contre lui, même si je ne connais pas réellement sa personnalité. 
  • Francis a l’air très pris par son travail. Il part à 7h30 tous les matins (croyez-moi, je l’entends), et rentre rarement avant 18h. Il commande très souvent à manger (ne parlons pas ici de l’exploitation des services de livraison style UberEats, mais ça me donne encore moins envie d’être tolérante), et sort rarement le soir. Tout porte à croire qu’il n’a pas une vie sociale très riche, ce qui est souvent un frein aux rencontres amoureuses.
  • En bref, c’est un mollusque, et pas elle. 

Evidemment, ce n’est qu’une projection de mon esprit, et le mystère reste entier. Peut-être est-elle follement amoureuse de lui malgré leur grande différence d’âge, de style, de sexualité… Peut-être que la raison pour laquelle iels se fréquentent moins n’est pas une question de finances mais simplement d’emploi du temps — elle fait des études ou un travail qui impliquent qu’elle doit se lever plus tôt et ne peut pas rentrer à minuit tous les soirs. Dieu seul le sait. 

Bon, on arrive à un moment dans cet article où on peut se demander comment je sais tout ça sur la vie de mon voisin. J’en reviens au problème principal : la mauvaise insonorisation de notre immeuble. S’ajoute à cela mon hyper-vigilance et mon désir d’omniscience (mon père m’appelle « KGB » et ma mère « tour de contrôle ») et on obtient le combo gagnant. 

Mettons-nous d’accord : la vie sexuelle de mon voisin Francis ne me dérange absolument pas, et je souhaite à lui et sa chère partenaire (peu importe son statut) d’être heureuse/heureux et épanoui·e·s. Cet exposé me permet simplement de montrer qu’il est difficile de cacher quoi que ce soit à ses voisin·e·s quand l’isolation n’est pas bonne. 

Il est donc évidemment impossible de jouer de la guitare électrique au-delà des heures imposées par la bienséance et le vivre-ensemble. Mais ça, Francis ne l’a pas compris. Parce que, croyez-le ou non, Francis joue toujours de la guitare jusqu’à parfois 1h30 du matin et à partir de 7h le lendemain. Et c’est très difficile à croire, je sais, mais Francis joue toujours aussi mal de la guitare, et ne progresse pas d’un poil de cul. 

Mais, si Francis est suffisamment bête pour penser que cela ne dérange personne, comment lui en vouloir ? Bon, je table plutôt sur de la mauvaise foi, mais passons. Supposons qu’il pense réellement ne pas déranger son voisinage. Eh bien il a toutes les raisons de continuer à le penser, puisque nous avons laissé passer presque un an avant de le confronter ! 

A mon tour maintenant d’être inculpée : quelles ont été les raisons de mon incapacité à monter voir Francis pendant tout ce temps ? Et qu’est-ce qui m’a poussé à finalement le faire ? La suite au prochain épisode, qui sortira très bientôt, promis. 

Toute ressemblance avec des faits réels ou des personnes ayant existé n’est que pure coïncidence.

Laisser un commentaire

Vous aimerez aussi