Bien-êtreIntimeQuotidienSexe

Menstrues et cycles de la lune — Les archétypes lunaires

Posté par Loupche 1 novembre 2018 0 commentaire

Le cycle menstruel moyen dure entre 21 et 35 jours, tandis que le cycle de la lune dure invariablement 29 jours, 12 heures et 44 minutes. Ainsi, les deux cycles se superposent fréquemment. Dans une logique éco-féministe de réappropriation du corps des femmes par les femmes, il me semble important de connaître les liens du corps à la nature. Les règles connectent les personnes aux cycles lunaires, et l’on voit différents archétypes ressortir. Je te transmets ici les enseignements de Miranda Gray, elle-même ayant fait de nombreuses recherches scientifiques mais surtout dans les traditions celtiques et les légendes de nombreux peuples.

Dans cet article, je veux te présenter les deux différents liens qui nous lient à la lune, puis les quatre archétypes présents dans un cycle menstruel qui peuvent expliquer certains comportements et nous permettent de ne pas subir ces derniers. Mais avant tout, sache qu’un cycle menstruel qui n’est pas calé sur la lune n’est pas anormal et que quand on est une femme sans cycle menstruel (par exemple pour les femmes ménopausées ou transgenres), c’est le cycle lunaire qui prend le relais et notre vie reste ainsi cyclique.

 

Lune Blanche ou Lune Rouge ?

Quand l’ovulation est calée avec la pleine lune et que les règles arrivent avec la nouvelle lune, c’est le cycle de la Lune Blanche. C’est le cycle de la lumière, de la procréation, le cycle dans lequel on va se sentir confortable, où la vie va être assez douce.

Quand l’ovulation est calée avec la nouvelle lune et les règles avec la pleine lune, c’est le cycle de la Lune Rouge. C’est un cycle puissant, qui donne des énergies de grande créativité. Nous sommes comme à contre-courant, ce qui provoque une grande ferveur de vivre si l’on arrive à canaliser les énergies très puissantes qui sont brassées.

Evidemment, aucune femme ne passera sa vie en étant systématiquement dans le même cycle de lune. Nous passons de l’un à l’autre, ce qui impliquera nécessairement des cycles menstruels d’entre-deux. Par ailleurs, l’ovulation et les règles n’ont pas à être calées à la minute près avec la lune, évidemment, tout cela se fait dans la fluidité. Par exemple, si j’ovule trois jours avant la nouvelle lune, je considère quand même que je suis dans un cycle de Lune Rouge.

 

Les 4 Archétypes — Vierge, Mère, Enchanteresse & Sorcière

La Vierge

Cette phase correspond à un quart du cycle menstruel dès la fin des règles. C’est la période qui précède l’ovulation où la femme n’est pas fécondable et vit pour elle. Indépendante, elle regorge d’énergie, décide pour elle-même de comment elle occupe sa vie et choisit si elle veut des enfants ou pas. C’est une femme confiante dont la vie sexuelle est pour elle, pour nourrir son côté sauvage. C’est aussi le bon moment pour être ambitieuse, pour développer de nouveaux projets.

Pour ma part, mon expérience de cette phase est assez courte, ma libido est bien développée et je fais l’amour en me jugeant moins et en me laissant plus aller. Je me sens plus libre de mes mouvements et plus légère.

La Mère

Tu l’auras deviné, la Mère, c’est le moment de l’ovulation. Le rayonnement change, l’amour est moins tourné vers soi et plus vers les autres. On veut aider, être présente, soutenir. C’est un amour plus désintéressé, la symbolique derrière étant évidemment la Terre-Mère et nourricière. C’est le moment de nourrir les projets déjà en cours, de se connecter à la nature.

Etant encore jeune, ma phase de la Mère ne s’est pas encore totalement développée. Toutefois, je sens un léger oubli de soi et une plus grande volonté d’aider autrui.

L’Enchanteresse

Nous entrons dans les jours entre l’ovulation et les règles et laissons place à l’Enchanteresse qui est en nous, cette part d’obscurité qu’il faut apprivoiser et apprendre à aimer. C’est là que les symptômes prémenstruels arrivent et qu’une dynamique d’introversion se met en place. Les énergies créatrices qui n’ont pas servi à faire un enfant vont être redirigées ailleurs, et il faut les faire sortir ! Exercice physique, création artistique, destruction de l’ancien, les énergies ne doivent pas stagner dans le corps. Par ailleurs, on se sent plus dure, plus impatiente, la routine du quotidien nous saoule.

Chez moi, cette phase est trèèès longue et progressive jusqu’aux règles. Souvent, il y a beaucoup de déprime et de montagnes russes émotionnelles. J’ai également très peu de désir sexuel. Pour la vivre dans toute sa splendeur, je dois faire preuve de tolérance envers moi-même et d’une certaine discipline pour évacuer toute cette énergie et ne pas la laisser pourrir en moi.

La Sorcière

C’est le moment des règles, la plus grande introversion du cycle car grande période de renouveau. Le monde invisible remonte, on est bien plus connectées à l’obscurité, aux intuitions, aux choses qui ne sont « pas de ce monde ». La fatigue physique résulte de la mort et de la renaissance intérieures, que la Sorcière contrôle. Il faut ralentir le rythme, moins se soucier de son agenda professionnel et passer plus de temps seule. C’est un moment de mutation très important, et cela n’a pas à être une souffrance si l’on ne se bat pas contre.

J’aime beaucoup ma phase de la Sorcière ! Mes règles sont physiquement douloureuses et moralement c’est pas du gâteau non plus, mais je sens cette puissance de renouveau qui s’insuffle au démarrage de mon cycle. J’accepte la faiblesse physique pour renaître plus forte et plus complète.

Laisser un commentaire

Vous aimerez aussi