Arts et LittératureIntimePortraits

Flavie Brizard – « Depuis l’antiquité on place sur un piédestal un type de corps, qui punit indubitablement un autre type de corps qui ne lui ressemble pas »

Posté par SandraK 19 décembre 2018 0 commentaire

/!\ Toutes les photos illustrant l’article sont celles de Flavie Brizard. Réutilisation non autorisée sans accord de la photographe.

Aujourd’hui je suis très heureuse de vous présenter Flavie Brizard qui est une photographe que j’admire depuis presque 8 ans !  Vous pouvez la retrouver sur Tumblr ou sur Instagram.

Bonjour Flavie, comment vas-tu ? Peux-tu te présenter en quelques mots (ou quelques phrases si l’envie t’en prend) afin de t’introduire auprès de nos lect.eur.rice.s qui n’auraient pas la chance de te connaître ?

Bonjour Berthine ! Je m’appelle Flavie Brizard, je suis née et ai passé 27 ans en Île de France. Je fais des photos, essentiellement des photos de femmes. Je ne sais vraiment pas quoi ajouter ! Toute définition de mon « travail » et de ma « vision » serait pompeuse et peu sincère !

Cela fait maintenant près de 8 ans que je te suis en tant que photographe, à commencer (comme beaucoup j’imagine) par ta page Facebook qui avait connu un franc succès dans les années 2011/2012 si mes souvenirs sont bons ! Aujourd’hui tu l’as supprimée, y a-t-il une raison particulière ? Quelle plateforme privilégies-tu ?

Facebook était une plateforme absolument géniale il y a quelques années ! Puis les pages ont commencé à demander à leurs propriétaires de payer afin de partager leurs publications à leurs abonnés. Et ma page suivie par plus de 10 000 personnes ne touchait plus que… 20 abonnés par post. C’était déprimant. J’ai donc abandonné facebook ! Et j’ai rejoint instagram (globalement, c’est pareil).
J’ai alors perdu une très grande partie de ma communauté et de mon envie de partager mes images.
Pour le moment je suis active sur instagram et tumblr. Mais je n’apprécie aucune de ces plateformes ! Je n’ai encore trouvé aucun coin sur internet qui me plaise et me permette à la fois de dialoguer au maximum avec les gens qui me suivent et de poster de manière simple mes images. Je voudrais une plateforme où mes photos et les réactions des gens sont plus importantes que ma propre voix, dont je me fiche un peu !
Évidemment je vais te poser une question assez banale, quand, comment et pourquoi t’es-tu lancée dans la photographie ?

Je me suis lancée dans la photographie lorsque j’avais 16 ans, il y a donc 11 ans de cela. Je me souviens d’un après midi d’ennui et du compact numérique tout neuf que mes parents venaient d’acquérir. J’ai commencé par faire des photos de moi, par ennui toujours, puis des amies se sont proposées, puis leurs amies. C’est devenu mon moyen de m’exprimer, de tester des choses nouvelles. A partir du moment où j’avais commencé à prendre des inconnues en photo, je n’ai plus eu peur de demander de poser pour moi à des inconnues sur internet 😉 ! Je suis très peu timide, très extravertie. Tout a donc commencé par des petites annonces sur skyblog et des messages privés sur facebook !

À l’aune où Instagram est en passe de devenir le réseau social le plus utilisé par les jeunes générations, que penses-tu du rapport à l’image qu’il en découle ? Beaucoup de personnes se lancent en tant que photographe, de plus en plus en plus de gens ont accès à un matos de qualité (sans forcément le maîtriser) quel est ton rapport à tout ça ?

Concernant le rapport à l’image, je ne pense pas qu’instagram soit coupable de notre manière de nous mettre en scène. Les réseaux sociaux ont toujours eu cette fonction. On aime tous se montrer sous son meilleur jour et filtrer les informations que l’on donne aux autres à propos de nous. Le nombre de photographes devait forcément évoluer avec l’arrivée du numérique. Quand j’étais jeune cela me titillait. Mais heureusement que tout le monde peut profiter (pour un prix plus ou moins exorbitant) des évolutions technologiques de notre siècle ! Si les gens arrivent à en vivre et à s’épanouir dans ce métier je suis contente pour eux. Mais je pense qu’on ne parle, là, que d’une minorité de personnes. Comme tous les métiers, ce travail peut être démoralisant et étouffant. Profiter de la photographie sur son temps libre n’a rien à voir avec le fait de travailler en tant que photographe, il faut donc faire la différence avec soin et décider précisément de ce que vous voulez faire de votre reflex.

Pourrais-tu me citer 3 photographes à suivre absolument ?

Je devrais faire tourner les copines ou carrément faire genre je suis des photographes de talent……. Mais je me suis détachée de tout cela il y a un peu plus de 5 ans. Je ne suis plus les photographes de mode. Comme tout le monde j’aimais Lindbergh, Von Unwerth, Roversi… Concernant les pro moins vedettes, j’ai des amies très douées dans leur domaine mais très peu d’entre elles représentent la femme sous des facettes autres que celle que la mode nous transmet chaque jour, et avec laquelle je ne suis pas d’accord. J’aime plein de photos mais j’aime très peu le message qu’elles portent.

Concernant les photographes pro, les vedettes, je déteste presque tous la vision de la femme qu’ils transmettent. Je suis pas axée mode donc les editos m’ennuient la plupart du temps. J’aime beaucoup les photos beauté mais je ne suis plus les magazines ou webzines. Certains sont très beaux mais on n’y trouve jamais de diversité physique et je n’ai plus le temps ni l’envie d’analyser des images qui tournent en rond sur les même thèmes et les même critères de beauté depuis des siècles. Je n’accuse personne, il faut bien travailler, il y a des idées merveilleuses et de véritables talents, mais j’ai personnellement refusé de participer à une industrie qui transmet volontairement une vision biaisée de la beauté, de la femme et même de la manière dont on doit ou peut s’habiller, se maquiller. Je trouve ces démarches assez creuses.

Je suis rarement émue devant une photo de paysage (sauf celles de Brice Portolano que je suis depuis l’époque skyblog) et je n’aime pas du tout les photos « sur le vif » qu’on me conseillait de faire lorsque j’étais jeune.

La seule dans mes contacts dont je ne me suis pas lassée c’est Ophélie Longuépée (également découverte durant les années skyblog), qui mêle des photos de corps réalistes à des mises en scènes surréalistes et à des paysages toujours très bien pensés. Cette fille avait plus de personnalité que nous tous réunis alors qu’on avait 16 ans, et elle en a toujours des tonnes.

Tu utilises Instagram pas seulement pour partager tes projets photos mais également comme compte intime, ainsi je peux (sans me tromper je pense) te qualifier de féministe mais également sensible à la cause antispéciste. Chez Berthine, on ne va pas se mentir, ce sont nos sujets fétiches. Es-tu optimiste sur ces sujets et que doit-on faire selon toi ?

Je ne suis pas une optimiste en règle générale.

Je le suis encore moins sur les sujets sociaux. La cause humaine et la cause animale n’évolueront jamais selon moi, c’est une question de condition humaine. Nous sommes voués à s’épuiser au travail puis à mourir et les êtres non-humains sont voués à mourir pour les êtres humains. D’un point de vue réaliste, oui les choses évoluent car les individus végétariens sont plus nombreux, que les gens remettent en question leur mode de consommation, mais c’est trop peu de choses.

Concernant la diversité physique j’ai vraiment l’impression que rien ne changera dans le sens où depuis l’antiquité on place sur un piédestal un type de corps, qui punit indubitablement un autre type de corps qui ne lui ressemble pas. Il y a quelques siècles, la beauté appartenait aux femmes très rondes, fortes en cuisses et en bras, maintenant elle appartient aux femmes longilignes. Je ne critique aucun de ces corps, ils ont tous leurs qualités et leurs défauts, leurs forces et leurs faiblesses. Je mets juste en avant le fait qu’on a toujours opposé deux types de beauté dans la peinture, le dessin, la sculpture et maintenant la photographie, la publicité, la mode… et que je ne pense pas qu’on acceptera un jour toutes les beautés du monde à l’échelle mondiale, ça n’aide pas les affaires !


Peux-tu me montrer les 10 photos dont tu es le plus fière (oui la difficulté est immense) ?

Il faudra que tu choisisses tes 10 photos préférées car je ne suis pas assez à l’aise avec mon « travail », mes « images » pour en aimer plusieurs durant des années et en être fière. Je crois que mon boulot c’est juste de transmettre la beauté des autres.

Merci Berthine ! Bisoux aux Berthinettes !

Merci Flavie, tu me laisses un boulot super difficile ! Pour être honnête, il n’y a pas une seule photo que je n’aime pas, faire une liste exhaustive est de l’ordre de l’impossible. Mais voici une petite sélection :

 

 

Laisser un commentaire

Vous aimerez aussi