ActualitésHumeurs

Wacols x Greaty : entraide et actions positives en pleine crise

Posté par Vincent Lautier 28 mai 2020 2 Commentaires

La plupart des petites entreprises, peu importe leurs secteurs d’activité, sont impactées parfois violemment par la crise COVID-19, qui a paralysé bon nombre d’activités et d’initiatives entrepreneuriales.

Au milieu des histoires parfois difficiles de ceux qui n’ont pas pu maintenir leur activité, on trouve des actions positives, pour garder la tête hors de l’eau et se développer malgré tout.

Ici c’est l’initiative de GREATY, une agence de conseil spécialisée dans le croissance et la visibilité des entreprises, à travers sa fondatrice Alexandra, qui a décidé d’accompagner bénévolement des PME et TPE dans ces moments d’incertitudes.

L’exemple évoqué ci-dessous est celui de la startup Wacols. Une idée née de l’union de deux étudiants passionnés de gastronomie et de sport, Vincent WATTEZ et Collins NJIAKIN. Ils se sont lancé le défi de créer des pains nutritifs, pour améliorer la santé des consommateurs, sans changer leurs habitudes quotidiennes.

Berthine vous propose ci-dessous une interview croisée de Vincent WATTEZ, co-fondateur de Wacols, et d’Alexandra Puget-Rostand de GREATY, qui nous explique comment elle a transformé ces semaines de chaos et de potentielle inactivité pour bon nombre d’entreprises, en actions solidaires concrètes, avec la start-up Wacols, animée et dynamisée pendant la crise !

  • Alexandra, pouvez-vous nous en dire plus sur votre rencontre avec Wacols ?

Alexandra :
Le 17 mars dernier, la France plongeait dans un confinement strict, laissant un très grand nombre d’entreprises dans une situation d’incertitude, tant dans l’action que dans la prévision. Des initiatives se sont mises en place, créant une chaîne de solidarité à forte valeur ajoutée.

Comet a lancé un appel incitant à la mobilisation pour aider et épauler les entreprises. Cet appel, relayé par Madyness a retenu mon attention car je lançais également, à travers ma société, une action de solidarité et d’informations auprès de mon réseau.

A la lecture de ce fichier d’entraide, Vincent Wattez, co-fondateur de Wacols, créée il y a juste quelques mois, me contacte car intéressé par le critère de gestion de crise que j’avais précisé.
Sur le papier, ma seule occasion de rencontrer Wacols aurait été lors d’un pitch startup, ou d’une levée de fonds, mais après quinze minutes d’échanges pour prendre connaissance de son besoin et sa situation de crise, je lui propose de monter une opération de générosité auprès des soignants. 

  • Pourquoi avoir choisi Wacols en particulier ?

Alexandra :
Le raison d’être de Wacols est d’imaginer, produire et distribuer des pains nutritifs, à base de céréales et de farines parfois alternatives, comme la farine de chanvre.

Mais voilà, le moulin qui était en charge de traiter ces farines innovantes a décidé dès le début de la crise sanitaire de prioriser certaines farines au détriment de celles, plus originales et qualitatives, utilisées par Wacols.

Il s’agissait donc de trouver une issue pour fabriquer et distribuer malgré la crise. En effet, cesser totalement l’activité étant, pour une startup en démarrage, équivalent à un arrêt de mort.

D’échanges en échanges faits de rapides brainstorming, de questions/réponses, de points vigilance et de « et si », nous avons, avec l’énergie, l’envie et le travail des deux jeunes fondateurs de Wacols, monté une opération de fabrication et distribution de 2000 pains nutritifs à destination de 3 établissements : L’hôpital Paris Nord, pour les aides-soignants et patients, L’association « Collectif Solidaire » pour plusieurs hôpitaux, « Les Ravitailleurs » à destination de sans-abri, migrants et hôtels sociaux.

  • Vincent, comment avez-vous été mis en relation avec Alexandra et GREATY ?

Vincent :
Grâce à un fichier Excel d’entraide mis sur le réseau de mon incubateur « la turbine ». Des entreprises et des entrepreneurs y précisent leurs compétences et leurs coordonnées et on peut les contacter si besoin.

  • Alexandra, comment se sont passés vos premiers échanges avec Wacols ?

Alexandra :
Quand Vincent et Collins m’ont contacté, j’ai apprécié leur énergie et leur envie. 

Je sentais qu’ils étaient un peu paumés sur le “quoi faire” dans ce contexte inédit, mais ils ont dès le début montré enthousiasme et envie. C’est motivant d’avoir en face de soi de jeunes entrepreneurs qui se positionnement en mode guerrier plutôt qu’attentistes ou défaitistes. 

De plus, leurs pains nutritifs sont innovants, bons pour la santé alors l’idée de les proposer aux soignants qui n’avaient que peu de temps pour se reposer ou se nourrir, est tout de suite devenue évidente.

  • Quel a été votre rythme de travail sur ce projet ?

Vincent :
Deux ou trois appels par semaine, de trente minutes. On bossait de façon « AGILE » : des objectifs clairs, du travail, des corrections et on réitère ! Deux semaines sont passées entre le premier échange et le début de l’opération.

Alexandra :
Je pense avoir passé en tout, l’équivalent de huit à neuf heures, réparties sur une vingtaine de jours. J’ai apporté une idée, des expertises, un rythme, mais ce sont Collins et Vincent qui ont fait le plus gros du travail, parce que c’était leur rôle, leur startup, leurs produits.
Je n’ai pas changé ma façon de faire par rapport à un client classique parce que le cadre financier changeait (une entraide gratuite). Soit on accepte les règles et on joue le jeu à fond, soit on reste dans sa bulle. L’engagement doit être total et il l’a été de part et d’autre. 

  • Vincent, auriez-vous imaginé monter une opération de solidarité pendant le Covid ?

Vincent :
On y avait imaginé mais sans plus. L’idée d’Alexandra nous a rappelé qu’il fallait se bouger et que c’était réalisable !

  • Alexandra, à quoi avez-vous été particulièrement attentive lors de cet accompagnement ?

Alexandra :
J’y suis allé pas à pas. Il fallait rapidement identifier, et doser entre ce je j’imaginais, et ce qui était judicieux pour eux, sans trop les challenger, tout en parvenant à réaliser un projet positif. Bref : du sur-mesure pour Wacols. Souvent, les agences proposent des choses sans tenir compte de la culture et de la capacité des dirigeants à réaliser les projets. Non pas qu’ils ne soient pas capables, mais combien de projets hypers sexy restent dans les cartons car irréalisables pour l’entreprise. 

J’ai également été attentive à ne pas décider à leur place. J’ai beaucoup suggéré, mais ce sont eux qui ont validé la faisabilité financière et opérationnelle, et qui ont trouvé les bénéficiaires.

  • Vincent, que vous a apporté l’intervention d’Alexandra ? 

Vincent :
J’ai apprécié l’aide d’Alexandra, pour son expertise, son temps et sa gentillesse ! J’ai beaucoup aimé voir qu’en travaillant chaque jour, tout se monte petit à petit et qu’on a réussi à mettre en place des idées en quelques semaines, avec du travail.

Grâce à son énergie positive, sa bonne humeur, ses idées de communication et de contacts (idée de s’approcher des hôpitaux, de Frichti, mais aussi de faire des serviettes avec notre marque), elle nous a appris à mener une campagne sur les réseaux, à nous adresser à nos contacts sur Linkedin, et à rédiger un communiqué de presse.

  • Vincent, ça n’était pas risqué pour vous de faire une opération « blanche » commercialement ? 

Vincent :
Nous avons décidé d’aider ceux qui se battent contre le COVID-19. Nous savions que l’opération ne serait pas lucrative, mais on a estimé un coût de départ et on est allé jusqu’au bout.

  • Qu’avez-vous apprécié dans cet accompagnement ? Que retirez-vous de cette expérience ?

Vincent :
Je me suis rendu compte qu’on a parfois besoin de l’avis extérieur pour se lancer dans des actions. Ça fait du bien d’être boosté !

Niveau résultats, on s’est fait connaître sur les réseaux, on s’est enfin présenté !
On a commencé à 0 abonné sur Linkedin, on a maintenant une communauté de 210 abonnés. On a des contacts dans des hôpitaux ou chez Frichti ! On a même des boulangers qui nous ont acheté des sacs de 25kg de notre produit !

Alexandra :
Il fallait travailler sur un timing serré : être efficaces en tout. J’ai imprimé un rythme un peu rapide à la réalisation du projet. Collins et Vincent ont suivi et ont mené ce projet tambour battant. J’ai eu l’impression d’un vrai projet d’équipe alors que nous ne connaissions pas et ne sommes jamais rencontré (Tout s’est fait par téléphone et via whatsapp) !

Je n’en retire que du bon ! Un sentiment personnel d’utilité bien entendu : apporter indirectement du réconfort aux soignants à travers une opération est toujours bon pour le moral. 

Je suis très heureuse d’avoir aidé deux entrepreneurs actifs, positifs et généreux. Je n’ai pas eu l’impression de perdre mon temps, de donner du temps à des gens qui finalement ne font rien, tournent en rond, ne vont pas au bout des choses.

Si cette opération a vu le jour c’est par la combinaison de nos trois énergies. Chaque échange entre nous était l’aboutissement d’étapes et permettait d’avancer.

C’est donc une belle « rencontre ».

  • Alexandra, aidez-vous régulièrement des entreprises gratuitement ?

Alexandra :
Oui bien sûr, mais pas forcément sous cette forme. Les appels à la solidarité commençaient à émerger un peu partout Ia mi-mars et j’avais moi aussi monté au niveau de ma société GREATY un dispositif d’entraide gratuit en mobilisant mon proche réseau. Il s’agissait d’une assistance téléphonique gratuite, tous sujets, avec réorientation vers des partenaires compétents qui s’engageaient à opérer gracieusement. Par ailleurs, avec le réseau Nouvelles Terres d’Exco, j’ai initié un dispositif d’échanges libres entre entrepreneurs du secteur de la plaisance dans la Région Sud afin de trouver les pistes nécessaires à gérer la reprise. 

En fait, nos valeurs sont indissociables de l’écoute et de l’entraide. Alors sans un peu de générosité dans une période comme celle-ci, je ne vois pas vraiment comment les uns et les autres pouvons nous regarder en face.

  • Vincent, êtes-vous fiers d’avoir été au bout de cette opération et de ses résultats ? Quelle est la suite pour Wacols ?

Vincent :
Très fier, victoire à tous les niveaux

Pour la suite, un crowdfunding en juin sur @KissKissBankBank pour présenter nos trois nouveaux pains nutritifs !!! ON DOIT FAIRE DU BRUIT ! ON A BESOIN DE VOUS (on va d’ailleurs essayer d’être présents par tous les moyens sur tous les réseaux !

D’ici septembre on espère avoir de nombreux nouveaux partenaires, et fournir un maximum de clients pour la rentrée, pour développer notre start-up ! 

  • Prévoyez vous de vous rencontrez tous les trois ?

Alexandra :
Oui ! Dès que les terrasses rouvrent !

Aller plus loin : « Retour sur deux semaine solidaires

2 Commentaires

daixi LI 28 mai 2020 at 15 h 56 min

Produits de haute qualité ! Je recommande!!!! @wacols

Répondre
wacols 24 juin 2020 at 15 h 36 min Répondre

Laisser un commentaire

Vous aimerez aussi