Arts et LittératureCulture

Le Projet Planétaire de Poésie (PPP) : un poème dans votre boîte aux lettres

Posté par Ju le Zébu 7 novembre 2018 0 commentaire

Derrière le P.P.P., acronyme digne d’un parti politique ou d’un programme top secret, se cache une magnifique entreprise humaine qui chaque jour glisse dans plusieurs boîtes aux lettres un poème.

A l’origine de ce projet se trouve le poète Jean Jouet, membre de Oulipo*. Dans les années 1990, il se lance dans l’écriture quotidienne d’un poème. Puis, au lieu de le garder pour lui, il décide d’adresser ce poème et de l’envoyer par la poste à une personne différente chaque jour. Le poète a l’idée (un peu folle peut-être), d’envoyer un poème à chaque habitant de la planète. Autant dire qu’il a du pain sur la planche ! Il décide de commencer par le département de l’Ain (01). Voilà un bon point de départ ! Après plusieurs années, tous les Aindinois et Aindinoises n’ont pas encore reçu leur poème. Heureusement, Jean Jouet est rejoint dans son entreprise gigantesque par d’autres poètes parmi lesquel.le.s Cécile Riou. Cette dernière, choisit de commencer par le département très rural de la Lozère (48) afin de le terminer « plus vite » son département (elle n’en est pas encore au bout!).

L’objectif de ce projet démesuré est de faire entrer la poésie chez les gens. C’est une petite intrusion dans la boîte aux lettres mais c’est aussi une intention particulière et touchante que tout le monde peut (et va!) recevoir. Une surprise poétique dans sa forme et son contenu. Les poètes du P.P.P. insistent sur l’importance de garder le format postal. La lettre est quelque chose que l’on garde, le papier a une autre valeur que le mail qui, certes , va plus vite (mais disparaît tout aussi rapidement).

Cécile Riou confie qu’elle a la certitude en écrivant un poème tous les jours qu’il sera lu par au moins une personne. C’est un lecteur précieux, peut-être d’autant plus à une époque où l’on ne cesse de dire que plus personne ne lit de poésie.

Entre l’Ain et la Lozère, le projet ne semble pas encore bien planétaire mais nos poètes ne s’arrêtent pas à nos frontières ! En effet, ils ont déjà mené plusieurs campagnes de PPP à l’étranger (Canada, Mali…). Outre-atlantique, toujours avec des poètes et artistes locaux, durant deux semaines, chacun (avec différentes contraintes), rédige son poème quotidien qui sera adressé à une personne de la commune où ils se trouvent. Suite à la campagne menée au Nouveau Brunswick (cote Est du Canada), une autre campagne a eu lieu en France dans les régions dont sont originaires les Acadiens (communauté francophone au N.B.) avec les poètes canadiens.

Des villes comme la commune de Chinon « commande » parfois des campagnes.

Recevoir un poème provoque différentes émotions : surprise, gaieté, enthousiasme mais aussi parfois angoisse ! Jean Jouet a en effet reçu un jour un message téléphonique d’un gendarme dont l’un de ses subordonnés avait reçu un poème et en était un peu déstabilisé ! Au contraire, parfois, les destinataires répondent aux poèmes, par un petit mot, un poème de leur composition ou un petit cadeau.

Avoir connaissance de ce projet, me remplit d’un émerveillement et d’un espoir fou. L’entreprise est d’une beauté, peut-être en apparence fragile, qui ne peut que toucher et interpeller. Comme beaucoup, j’attends avec impatience mon poème (et j’espère vivre assez longtemps pour que les poètes arrivent par chez moi, en désespoir de cause, j’irais vivre dans l’Ain ou la Lozère!).

* Oulipo : l’Ouvroir de Littérature Potentielle est un groupe international d’écrivains qui se décrient comme des « rats qui construisent eux-mêmes le labyrinthe dont ils se proposent de sortir. ». Ils inventent et s’imposent toutes sortes d’exercices et de contraintes d’écriture : http://oulipo.net/

Si vous voulez lire quelques poèmes, vous pouvez jeter un oeil par là : campagne de Chinon ou vous procurez le premier recueil des poèmes rédigés à Chinon !

Laisser un commentaire

Vous aimerez aussi