PersoPortraits

Portrait – « Je veux faire du game design »

Posté par Gomasio 25 février 2017 0 commentaire

Une série de portraits consacrée aux « jeunes » entre 20 et 30 ans. On parle souvent d’eux comme une entité homogène mais qui sont-ils réellement, dans leur singularité ?

Si tu veux participer toi aussi, contacte nous sur Twitter ou Facebook.

 

Coucou ! Peux-tu te présenter ?

(La pire question !) Je m’appelle Yannis, j’aurai 22 ans cet été. Je suis Cancer, franco-marocain, j’ai les yeux verts et un tatouage dans une semaine.

Quel est ton parcours de vie (scolaire/universitaire…) ?

Je suis né au Maroc et j’y suis resté jusqu’à mes 18 ans, mon bac ES et mon coming-out. Vu que je ne savais absolument pas quoi faire ensuite, j’ai fait une licence de lettres renforcée en sciences politiques à Poitiers, très généraliste, histoire de prendre le temps d’apprendre à penser. En revenant d’Erasmus, illumination : je voulais être scénariste de jeux vidéo ! Au fur et à mesure de mes recherches, je me suis en fait tourné vers le game design. Là, je suis à la fin de ma licence pro Game design et Level design à Bobigny et je passe un concours pour entrer en Master (ce qui ne m’empêche pas de rêver secrètement d’un service civique européen ou d’une année de césure …)

Pour les ignorant-e-s, c’est quoi le game-design ?

Celui qui donne des choses à faire au joueur. Ça peut sembler obscur mais c’est la conception du jeu, par ses règles, mécanismes, interactions … c’est l’architecture du jeu en fait ! C’est un travail de définir et contrôler l’expérience de jeu. Par exemple, le game designer des Sims va concevoir le concept général du jeu, quelles actions remplissent quelles jauges, qu’est ce qu’on peut faire avec son Sims … l’idée c’est que le joueur ou la joueuse se rapproche le plus possible des intentions, de ce qu’on veut dire avec le jeu. En gros, c’est tout ce qui est invisible et que vous ne voyez pas. Un peu comme un squelette !

Ton plus grand rêve ?

Être authentiquement moi. Faire un avec mon corps et ce que je suis vraiment. Je pense que c’est extrêmement difficile, on est dans une période où on est quasiment jamais seul.e.s avec soi, mais plutôt en rupture. J’aimerais être ce que je suis de meilleur en tant qu’être humain en fait … ça peut sembler ésotérico-bizarre mais je vois rien de plus important, au final.

En quoi c’est cool d’avoir 21 ans en 2017 ?

Même si c’est pas évident, et clairement pas partout, je peux embrasser un mec dans un bar ou dans la rue sans risquer le traitement chimique ou sans trop souffrir de la pression sociale. Pareil, la sensibilisation aux problématiques de genre, de condition de la femme, se fait doucement. Plus librement aussi. Même si on vit de plus en plus de retours en arrière conservateurs inquiétants, faut pas oublier ces petites victoires. En ce qui me concerne, donc en tant que futur game designer, je suis super excité par les prouesses technologiques qui autorisent les fantaisies les plus folles en matières d’expériences de jeu et donc, de moyen de m’exprimer de manière créative et de partager quelque chose. C’est d’un stimulant !

En quoi c’est dur ?

C’est particulièrement anxiogène. On a peur du futur, on a conscience que tout va de plus en plus mal. Difficile de grandir et se construire dans une atmosphère aussi fataliste, pleine de crispations, de fermeture et aux vagues relents de fascisme. Je veux avancer et j’ai l’impression que le sol sur lequel je marche recule. À une échelle individuelle, je parlerai surtout de la peur généralisée. Je parle pour moi mais je pense que beaucoup de monde s’y retrouve : c’est la peur qui me gère et me fait me lever le matin. Peur de la deadline, peur de ce que je ferai plus tard, peur de cette absence de réponse qui me tue, peur que ça n’aille pas mieux. La peur est permanente. C’est un moteur, certes, mais c’est absolument pas sain ni durable.

Tu peux nous donner une musique à écouter, un livre à lire, et un film à voir ?

« Mantra » de Fakear dans son album « Végétal ». Marcher avec ça dans la rue me donne une bouffée d’énergie à chaque pas. Un livre à lire … je dirais le Parfum de Süskind. C’est un chef d’oeuvre. Une claque sensorielle. Jetez-vous dedans et vous aller redécouvrir votre odorat. Je préfère de loin les séries que les films, aussi je vais troller cette question et parler de Sense8 des Washowskis, ma série préférée sans aucune hésitation. 8 personnes à travers le monde se retrouvent « connectées » par la pensée, les sens et les émotions, et doivent tenter de maîtriser ce lien pour échapper à une organisation qui veut les exterminer. C’est orgasmique.

Si tu devais dire quelque chose à ton toi dans 20 ans, ce serait quoi ?

Raconte-moi tes voyages !

 

Vous pouvez regarder le trailer de son futur jeu vidéo :

Laisser un commentaire

Vous aimerez aussi