CultureMusique

Disizilla, le rap irradié

Posté par HeHo 27 septembre 2018 0 commentaire

Ce n’est plus un scoop, chez Berthine on aime Disiz La Peste. On te parle de nouveau de cet artiste à l’occasion de la sortie de son 12ème album, Disizilla, à peine plus d’un an après son précédent projet, qui s’intitulait Pacifique. Si les deux albums sont très différents malgré leurs sorties rapprochées c’est principalement car Disizilla est né d’une urgence, d’une explosion d’émotions qui ne pouvait se traduire que dans un album plus brut que les précédents opus de l’artiste.

Disiz a enregistré ce disque en deux semaines en décembre 2017, alors qu’il était en pleine tournée pour défendre l’album Pacifique. Fin août 2018, Disiz dévoile le premier extrait de l’album, le titre Hiroshima, dans lequel il chante qu’il est « irradié par [son] passé ». Le verbe irradier signifie « exposer quelqu’un à l’action d’un rayonnement » mais aussi, dans un second sens, plus littéraire, « répandre quelque chose autour de soi ». Dans cet album, Disiz revient sur ses thématiques de prédilections : l’enfance, l’adolescence, l’évolution, les combats contre ses démons, sa singularité dans le rap, la famille, l’amour, la religion, la réussite, la rage, l’apaisement etc. Mais il fait cela en esthétisant moins le traitement de ses émotions qu’auparavant. Il utilise tout un champ lexical de la souillure, de la monstruosité. Il parle d’amour nucléaire, d’amour pollué. Disiz évoque les radiations toxiques qui font vaciller sa foi et qui le poussent même à parler du fait qu’il l’a perdue. Il évoque sans détour les rayons de la chimiothérapie que subit sa mère ou encore l’état dépressif de cette dernière. Disiz nous donne davantage de clés de compréhension de qui il est en même temps qu’il répand quelque chose de puissant à travers sa musique par des propositions artistiques fortes.

Si l’urgence émotionnelle de cet album laisse entendre quelque chose de très brut, l’univers de ce projet est, comme souvent chez Disiz, très travaillée. Pour prolonger son travail sur la monstruosité et la complexité des émotions humaines, Disiz a choisi de pousser au maximum les références aux monstres japonais que ce soit dans le titre de l’album qui renvoie au monstre de cinéma Godzilla, au titre qui ouvre l’album, Kaïju (qui signifie « monstre » en japonais), ou encore à la pochette de l’album pour ne citer que ces éléments. Il assume lui-même l’idée que cet univers nippon, très en vogue chez plusieurs rappeurs français en ce moment, crée une cohérence, un decorum, pour ce nouveau projet qui doit témoigner, s’il en était encore besoin, d’une position de monstre sacré à laquelle peut prétendre Disiz dans le rap francophone.

J’suis pas un rappeur, j’suis architecte | Ma carrière est archi-belle | Mes albums, c’est des cathédrales | On les comprendra plus tard (Hendek)

Fuck l’humilité, vu qu’vous n’la respectez pas | J’vais t’montrer comment on fait, vas-y, mets-toi derrière moi | Tous impressionnés par la largeur de mes pas | Le sol tremble quand je chante, la foule dans tous ses états (Disizilla)

Ce disque marque pour Disiz l’expression, assez nouvelle, de la fierté liée au succès de sa musique (ainsi que les autres formes artistiques par lesquelles il s’est exprimé) depuis une vingtaine d’années ainsi que l’affirmation de son ambition présente. Il arrive sur ce disque à inviter Sofiane et Niska, deux poids lourds de l’industrie musicale actuelle. Il prévoit de remplir le Zenith de Paris au printemps 2019. Aujourd’hui, Disiz entend plus que jamais conquérir de nouvelles personnes avec son rap circulaire qui va toujours puiser dans ce qu’il a été pour regarder vers l’avant en se renouvelant sans cesse.

Laisser un commentaire

Vous aimerez aussi