Arts et LittératureCulture

L’aventure du Cavalier Bleu au musée de l’Orangerie

Posté par Ju le Zébu 20 avril 2019 0 commentaire

Du 6 mars au 17 juin prochain se tient au musée de l’Orangerie l’exposition temporaire intitulée : « Franz Marc et August Macke. L’Aventure du Cavalier Bleu ».

Le musée de l’Orangerie accueille ce qui en 1921 se révélait être la peinture d’alors (Impressionnisme et post-Impressionisme). L’endroit a été spécialement aménagé pour accueillir le cycle des Nymphéas de Monet qu’il conçoit pour, et offre aux Français. Au sous-sol de l’ancien abris des orangers du palais du Louvre, se trouve cependant aussi d’autres grands noms de la peinture moderne, comme Renoir, Picasso, Le Douanier Rousseau, Soutine, et bien d’autres.

L’exposition temporaire qui se tient actuellement à leurs cotés vaut cependant largement le détour. On connaît assez mal le groupe, principalement composé de peintres allemands, qu’est le Cavalier Bleu (Blaue Reiter). On se mélange souvent les pinceaux à leur propos. S’agit-il d’un mouvement ? d’un groupe ? d’un livre ? Il s’agit en tous les cas indéniablement d’un Almanach écrit par Franz Marc et son ami Kandinsky, à Munich. Dans ce livre, les deux artistes, ainsi que leurs amis artistes qui y participent, souhaitent en quelque sorte dresser les lignes de ce vers quoi doit tendre la peinture de l’époque mais surtout d’une sorte de profession de foi de l’art nouveau dans laquelle la spiritualité est centrale. L’enthousiasme à la publication est très grand. Par le biais de ce livre, on veut faire se rejoindre et se rencontrer toutes les formes d’art et d’expérimentation qui pullulent partout en Europe au début du XXe siècle.

Kandinsky écrit : « Nous avons trouvé ce nom en prenant le café sous une tonnelle de Sindelsdorf. Nous aimions tous les deux le bleu, Marc aimait les chevaux, moi les cavaliers. Ainsi le nom de « Blaue Reiter » vint de lui-même et le fabuleux café de madame Maria Marc nous sembla encore meilleur. »

Sous le nom de Blaue Reiter seront également organisées plusieurs expositions auxquelles participeront par exemple August Macke, Vladimir Bourliouk, Heinrich Capendonk, Robert Delauney, Alexej Jawlensky, Paul Klee, Alfred Kubin, Gabriele Münter… Le plus important est peut-être aussi, à l’aube de la première guerre mondiale, la volonté de créer une forme d’union, de communauté artistique cosmopolite, européenne.

L’exposition de l’Orangerie met l’accent sur deux figures particulières de l’expressionnisme allemand et membres du Cavalier Bleu, Franz Marc (1880 – 1916) et August Macke (1887 – 1914). Grands amis, les deux peintres ont cependant des approches de la peinture différentes et connaissent des cheminement artistiques bien distincts.

Franz Marc, Le Rêve (der Traum), 1912

Chez l’aîné, Franz Marc, la spiritualité est prédominante. Se vouant d’abord à une carrière religieuse, puis étudiant la philosophie, cette approche spirituelle semble aller de soi. Les représentations d’êtres humains sont fort peu nombreuses mais les animaux, et notamment les chevaux, prédominent, car pour lui ces derniers possèdent des qualités (la Beauté, le Bon, etc) que l’on ne trouve pas chez l’Homme.

August Macke, Femme à la veste verte, 1913

August Macke quant à lui adopte une position beaucoup plus rationnelle, voire rationaliste. Sa palette est réduite, son application très chromatique. S’il participe activement à l’élaboration de l’almanach, Macke n’adhère pas à l’aspect spiritualisant de Marc ou de Kandinsky et prendra rapidement ses distances.

Les parcours des deux peintres finissent par prendre des tournures très différentes. Pourtant, au fil de l’exposition on découvre que tous deux, pour des raisons et dans des perspectives différentes, tendent à une abstraction de plus en plus grande. Leurs toiles s’avoisinant du début à la fin forment une harmonie nouvelle, joyeuse, colorés de leur teintes primaires, s’essayant à de nouvelles formes en discussion avec l’Avant-Garde européenne. Il est assez tragique de se dire que ses deux hommes, à la recherche d’une discussion entre les artistes européens, périrent tous deux sur le front allemand, leurs rêves en-volés.

Une très belle visite qui mettra en lumière deux artistes aux ambitions presque opposées mais dont les œuvres dialoguent parfaitement.

Si vous pensiez aller saluer les Nymphéas d’ici juin, profitez-en pour descendre les escaliers et (re)découvrir ces deux grands expressionnistes.

Pour plus d’informations sur l’exposition : Franz Marc / August Macke. L’aventure du Cavalier bleu

Laisser un commentaire

Vous aimerez aussi