ActualitésCultureSéries

Friends, meilleure série de tous les temps ?

Posté par Marie 24 septembre 2019 0 commentaire

Dimanche 22 septembre, Friends a fêté ses 25 ans. Des dizaines et des dizaines d’articles en hommage au sitcom ont accompagné cet anniversaire, et j’ai passé ma journée à les lire avec un petit goût de nostalgie niché au fond de la gorge. Car j’ai beau être trop jeune pour me souvenir des premières diffusions de la série sur petit écran, elle a néanmoins bercé ma vie depuis que j’ai 11 ans et je ne m’en lasse pas.

Je me souviens avoir commencé Friends un soir, au hasard. Je ne savais pas quoi regarder et j’ai pioché, sans trop y réfléchir ce coffret bleu qu’on avait offert à ma sœur à Noël mais qu’elle n’avait jamais eu le temps de regarder. Ce soir-là, j’avais ingurgité le premier DVD de la saison 1, 8 épisodes donc, et sans le savoir j’avais changé ma vie. « Changé ta vie, carrément ! », me direz-vous. Et oui, carrément, car au-delà de Friends, ce soir-là a marqué un véritable tournant dans ma petite vie de sériephile, car il s’agissait de la première fois que je découvrais ce plaisir immense de la consommation « par épisode » et du cliffhanger ; des sensations qui me mènent, aujourd’hui toujours, à regarder en moyenne un épisode de série par jour (si ce n’est plus, vive les dimanches pluvieux).

Ainsi, la découverte de Friends m’a procuré un plaisir immense au fur et à mesure que je découvrais les épisodes, que je m’achetais les coffrets suivants. Je crois que ces tout premiers plaisirs face à une série résonneront chez beaucoup d’entre les fans inconditionel.le.s de Friends, car il s’agit pour beaucoup de la première série qu’ils aient véritablement suivie.

S’il est aussi facile de s’accrocher au scénario, c’est surtout grâce à son gang central, évidemment. Joey, Chandler, Ross, Monica, Rachel et Phoebe sont des personnages tellement attachants qu’ils en sont devenus cultes. C’est presque choquant de réaliser, lorsqu’on regarde le tout premier épisode, que les acteurs et actrices se connaissaient à peine lorsqu’il a été tourné, tant leur alchimie fonctionne parfaitement bien sur petit écran. En quelques minutes à peine iels réussissent à nous convaincre que ce groupe d’ami.e.s se connaît depuis de nombreuses années et se voit tous les jours. Et, très vite, on se retrouve pris.e dans l’envie absurde et pourtant si prenante d’avoir envie de faire nous-même partie de ce groupe.

Lorsque le gang fête Noël, ou un anniversaire, ou simplement lorsqu’il décide de partir au bord de la mer le temps d’un weekend, on se retrouve plongé dans un élan de nostalgie. On ne peut s’empêcher de ressentir une vague d’affection pour ses ami.e.s de la vraie vie qui ressemblent tant, et à la fois si peu,  à ceux et celles qui sont en train de boire un énième café dans notre petit écran. Car Friends est une ode à l’amitié fidèle, celle qui peut être mise côte à côte avec la famille, celle qui vous épaule et vous accompagne tout au long de votre vie.

Je ne sais pas vous, mais moi je retrouve une situation de Friends quasiment tous les jours dans ma propre vie. Ce meuble que je n’arrive pas à monter dans les escaliers, cette soirée avec mes copines, cette phrase de mes parents : tout m’y fait penser. Est-ce parce que je connais si bien chaque épisode qu’ils ont teinté ma perception de la vie ? Ou est-ce plus simplement parce que la série parvient à représenter des anecdotes si banales mais si réelles de la vie de tou.te.s ? Je vous laisse faire votre choix. Moi, j’ai déjà fait le mien.

Friends est loin d’être une série parfaite, et d’ailleurs j’avais même rédigé un article dénonçant ses nombreuses blagues sexistes et homophobes. Beaucoup de scènes sont difficiles à avaler avec un regard actuel, notamment dans la première saison ( mais pas que ! ). Néanmoins, pour ce qui est du contenu idéologique, il me semble important de rappeler que même si plusieurs éléments sont problématiques, Friends a également véhiculé une nouvelle représentation de la famille avec l’enfance de Ben, le fils de Ross, ainsi qu’un message très positif sur la GPA (débat qui est d’une actualité brûlante en France, rappelons-le ! ).

Non, c’est sûr, Friends n’est pas une série parfaite. Mais elle a laissé une empreinte indélébile sur la pop culture actuelle, a influencé un nombre incalculable de feuilletons qui l’ont suivie. Elle a marqué ma vie et celle de tant d’autres, au point d’apparaître dans mes pensées au moins une fois par jour. Friends est une série chaleureuse, culte, humaine, qui, je l’espère, continuera de me faire réaliser chaque jour la valeur des ami.e.s qui m’entourent.  Pour moi qui suis pourtant une habituée de la critique de films ou de séries, l’évaluation de la qualité de Friends se formule au-delà des considérations scénaristiques ou même de direction ; il s’agit d’une création qui a dépassé son existence cantonnée aux pixels et qui est devenue un objet culturel à part entière. Peu de créations peuvent prétendre avoir effectué le même basculement, et encore moins de séries. C’est pourquoi je me risque aujourd’hui à vous poser la question : et si Friends était la meilleures série de tous les temps ?

Laisser un commentaire

Vous aimerez aussi