Culture

Art Paris Art Fair, une immersion dans l’art contemporain

Posté par livyetoile 4 avril 2016 0 commentaire

S’il y a bien une chose que l’on sait sur l’art contemporain, c’est qu’il divise. Adulé par certains, vaste blague pour d’autres, il ne laisse pas indifférent mais demeure sans doute un peu obscur pour la plupart. Incompris ou trop intellectualisé, on a souvent tendance à le cantonner dans une case bien spécifique, la même que celle dans laquelle on place en mode fourre-tout performances artistiques et danse contemporaine. Naturellement, il s’agit de clichés : l’art est pluriel et distille ses thématiques variées à qui veut bien les saisir, alors pourquoi pas nous ? Afin de faire taire les idées reçues, je me suis lancée ce week-end à l’assaut du Grand Palais où se déroulait la version 2016 de Art Paris Art Fair et je vous y emmène dès à présent pour une visite guidée.

Art Paris Art Fair, c’est quoi ?
Un rendez-vous annuel de l’art contemporain qui, niché sous la verrière du Grand Palais, dévoile plus d’une centaine de galeries toutes prêtes à attiser notre curiosité. Au sein de cette foire, l’art s’exprime sous de nombreuses formes (peintures, sculptures, mobilier…) et se regroupe autour d’un thème donné comme cette année, la Corée.
Plus d’informations par ici :
http://www.grandpalais.fr/fr/evenement/art-paris-art-fair-2016

Premiers pas :
Nul besoin d’être un pro en art contemporain pour s’y rendre. La flânerie est de rigueur, la découverte aussi. Art Paris Art Fair nous pousse dans nos retranchements en nous incitant à réagir face à l’art.

melange
Le visiteur n’est pas un dans un état passif. Au contraire, il va être provoqué : stupeur, émerveillement, dégoût… Tout est possible après tout, pourvu qu’il n’y ait pas de neutralité à la clé. Certaines galeries offrent d’ailleurs des mises en scène assez hallucinantes qui tour à tour peuvent faire sourire, fasciner ou déranger. C’est bien là le plus passionnant.

crane-casque
D’une galerie à l’autre, nous changeons d’univers, d’ambiance et par conséquent d’état d’esprit : de quoi perturber mais aussi y percevoir une touche ludique qui rend l’inconnu plus facile à apprivoiser.

franges

Un éveil permanent :
Face à un tel fourmillement créatif, il est difficile de rester de marbre. Nous n’allons pas tout aimer, c’est une évidence. Certaines œuvres semblent absurdes, d’autres malsaines. D’autres encore nous paraissent tellement bien pensées qu’elles finissent par devenir un vrai coup de foudre.

guillotine
Notre regard est sollicité par les couleurs vives, un jeu sur les textures, des lumières clignotantes ou des illusions d’optique. Notre cerveau réagit à l’humour.

variation-lapin
Notre imagination y voit ce qu’elle a envie.

camaieu-bleu
Dans l’abstraction, il y a une part de rêve qu’il ne faut pas ignorer. Et c’est tout cela que la visite met en avant, nous permettant d’aller au-delà de nous-même. Un véritable exercice de lâcher prise.

Pas si obscur !
On a tendance à percevoir l’art contemporain comme LE TRUC bizarre par excellence, nous abreuvant de titres incongrus à la « Représentation théorique du surmoi à travers les âges ». Pas tant que cela hein ! En réalité, l’art contemporain capte notre attention en nous mettant face à des situations inhabituelles. C’est donc plus facile d’accès qu’il n’y paraît, encore faut-il se laisser embarquer et jouer le jeu.
Il suffit d’ailleurs de n’avoir ne serait-ce que quelques références de culture pop pour que la visite devienne de suite plus familière : des noms connus apparaissent ici ou là.
Des artistes comme Geluck et son fameux Chat, Lucien Clergue ou encore Pierre et Gilles occupent une galerie, un pan de mur.

pierre-et-gilles
Des montages à base de noms de groupes rock se dévoilent.

people
Des célébrités se voient refaire le portrait pour le besoin d’une œuvre d’art.

dali-picasso
Autant dire qu’on est autant hors des sentiers battus qu’en terrain connu.

La pluralité, c’est oui :
Art Paris Art Fair se présentant comme une foire généraliste, il y a de fortes chances que chacun y trouve son compte et son œuvre coup de cœur. Du street art aux monochromes, de la bande-dessinée aux sculptures alambiquées, ce n’est pas un monde qui s’offre à nous mais une multitude.

jerome-mesnager

On passera donc assez rapidement certaines galeries pour s’attarder dans d’autres. Le choix n’engage que nous. Et si besoin d’explications, il suffit de demander. Contrairement à une exposition focalisée sur une thématique bien précise, la visite est en fait une balade variée qui se fait au rythme voulu et en fonction du libre-arbitre de chacun. Pour le coup, le principe est bien concret et on adhère à l’idée de mettre nos œillères de côté.

Et alors ?
abandon
Alors c’est plaisant. A l’instar d’un salon et de ses stands, on évolue comme bon nous semble en faisant travailler notre réflexion autant que notre monde imaginaire. L’art contemporain se dessine au fur et à mesure comme un chouette terrain de jeu que nous pouvons apprivoiser (ou rejeter) selon nos propres règles. Il n’y a pas vraiment de limites ni de tabous ici, mais davantage une perception personnelle de l’art. Aussi, pour tous ceux qui n’ont pas peur de l’effet de surprise et que la perspective d’un voyage complètement loufoque attire déjà, Art Paris Art Fair est à conseiller vivement !

Laisser un commentaire

Vous aimerez aussi