CultureFoodSociété

Sinterklaas kapoentje, gooi wat in mijn schoentje…

Posté par Ju le Zébu 6 décembre 2017 0 commentaire

 Si vous n’êtes pas au concert de Disiz, et c’est bien dommage, il y a tout de même de quoi vous consoler car aujourd’hui c’est… La Saint Nicolas (vous pouvez encore improviser une petite soirée sympathique)! Voilà une fête que l’on ne célèbre pas beaucoup en France (sauf dans le Nord-Est) mais qui fait institution en Belgique, aux Pays-Bas et par endroit en Allemagne. Vous ne connaissez peut-être pas ce curieux bonhomme habillé en évêque rouge. C’est pourtant lui qui a inspiré le fameux Santa Claus d’une certaine marque de soda.

Les signes caractéristiques pour reconnaître Sinterklaas : le chapeau rouge pointu avec une croix dorée, la robe et la cape aux couleurs similaires, la barbe et les longs cheveux blanc, le sceptre doré, éventuellement, le cheval blanc

Ma mama néerlandaise m’a transmis la tradition. Aux Pays-Bas, il s’agit d’un événement très important pour les petits tout comme les grands. On raconte que le bon Sinterklaas (Saint Nicolas), saint patron des enfants, arrive d’Espagne (parce que c’est loin des Pays-Bas et qu’il y fait chaud!), dans un bateau chargé de gourmandises et de petits cadeaux. Il vient en compagnie de son assistant Zwarte Piet (Pierre le noir) et son cheval blanc. Ensemble, dans la nuit du 5 au 6 décembre, ils distribuent leur cargaison merveilleuse. Le 5 au soir, les enfants posent leurs chaussures ou chaussons devant la cheminé (ou le radiateur ou la fenêtre s’il n’y en a pas), dans lesquels ils glissent une carotte pour le cheval et un dessin pour le Saint. Ensuite, ils chantent ensemble quelques chansons pour l’occasion (voici un petit exemple exotique à vos oreilles).

Dans la semaine qui précède, dans les écoles, une visite du Saint (pas le vrai, quelqu’un de bonne volonté qui lui file un p’tit coup de main) et de ses acolytes est fréquente. Les enfants se déguisent aussi et défilent dans les rues du village ou du quartier.

L’arrivée du bateau est un grand moment (dans les villes portuaires, plus dans le Nord du pays).

En Belgique, la coutume est un peu différente, bien qu’on ne soit pas loin. Le père fouettard s’occupe des mauvais enfants alors qu’aux Pays-Bas, peut-être parce qu’ils sont très sages (ou plus gâtés), il n’y a que Sinterklaas et des cadeaux pour tous.

Vous avez peut-être vu fleurir les magasins de la chaîne néerlandaise Hema ( en France. Dans leurs rayons, on peut trouver quelques une des friandises que l’on reçoit à la Saint-Nicolas : les lettres en chocolat ou Chocoladeletters (celle de son prénom), des pepernoten, des speculaas mais aussi des pièces en chocolat et des clémentines (d’où l’Espagne peut-être!).

Bien sûr, passer un certain âge, on ne reçoit plus rien dans sa chaussure. Les adultes, en famille ou entre amis, ne se privent cependant pas de fêter la Saint Nicolas. Elle prend pour eux la forme de ce que nous appelons ici « un père Noël secret » à quelques différences prêt. On tire donc au sort le nom d’une des personnes présentes à qui l’on devra offrir un petit cadeau. Mais la mission ne s’arrête pas là ! Il faut en effet fabriquer un bel emballage qui raconte une histoire et accompagner le tout d’un petit poème (amateur). Mon petit frère, par exemple, m’avait offert le livre Lettres au Père Noël de J.R.R. Tolkien, qu’il avait glissé à l’arrière d’un traîneau miniature (en carton fait maison!).

(pour vous faire une idée, jetez un oeil par-là : https://www.pinterest.fr/liefebees76/sinterklaas-surprise/ )

La tradition rencontre aujourd’hui quelques critiques. En effet, le statut de Zwarte Piet (Pierre le Noir) pose problème pour des questions évidentes de racisme. Mais les institutions peinent à réglementer cette tradition bien ancrée depuis plusieurs siècles déjà et l’opinion publique n’est pas prête à lâcher le morceau. Petite, on m’avait raconté que Pierre était noir de suie (c’est lui qui passe par la cheminé) mais dans les illustrations et même dans les déguisements il a des traits assez caractéristiques. Ce n’est pourtant pas demain la veille que la loi parviendra à n’en faire qu’un simple Piet !

Laisser un commentaire

Vous aimerez aussi