ActualitésBien-êtreQuotidienTendances

Mais ça doit sentir quoi un garçon ?

Posté par Vincent Lautier 19 mai 2016 0 commentaire

Voilà quelques siècles (depuis mon adolescence en fait) que je me parfume avec parfum pour femme. Et pour être tout de suite très honnête avec vous, cette première phrase que je viens d’écrire m’agace déjà. Ca veut dire quoi, bordel, un parfum « pour femme » ?

Les gens dotés d’une conscience féminine relèvent assez régulièrement l’absurdité de certains produits de consommation genrés, pour des raisons purement marketing. Mais il y a deux sujets sur lesquels il y a encore pas mal de boulot. Les fringues en premier lieu, évidement, et le parfum. L’humanité entière semble trouver normal qu’en entrant dans un Sephora, on trouve d’un côté des parfums pour homme, et de l’autre des parfums pour femme.

Probablement par habitude, j’ai toujours été attiré par les parfums féminins, surement pour imiter les femmes qui m’ont éduquées, mais voilà, je n’aime vraiment pas les parfums pour hommes, que je trouve souvent trop forts, trop boisés, pas assez doux. Ils manquent de légèreté et me donnent tous l’impression de m’asperger d’un déodorant bon marché, même si ça n’est évidemment pas le cas.

Le problème est qu’en tant qu’homme, si vous osez dire à une vendeuse : « non ça n’est pas pour offrir, c’est pour moi », en sentant des parfums du rayon femme, dans 99% des cas elle vous dira « ah mais mon bon monsieur, c’est de l’autre côté les parfums hommes », et là c’est le drame, on se retrouve à devoir se justifier.

On tolère plus facilement d’un homme qu’une femme une forte odeur, potentiellement une odeur d’effort, de sueur, ou de travail manuel. On associe du coup fréquemment des odeurs sensées évoqués l’effort en question, le bois, le santal, le cèdre, le musc. On part même souvent dans des délires à base d’évocation de tabac, de cigare, mais au secours.

On trouve Dieu merci quelques parfums unisexes, qui ont pu passer les mailles du marketing genré, comme par exemple chez Hermes qui a quelques références. Mais ça reste rare.

Tout ça pour dire qu’il serai pas désagréable qu’en 2016, on puisse s’acheter indifféremment des parfums pour homme ou pour femme sans qu’une vendeuse (ou un vendeur) vous fasse les gros yeux !

Laisser un commentaire

Vous aimerez aussi