CinéCulture

Trainspotting 2 : la suite qui n’était pas nécessaire…

Posté par Vincent Lautier 28 février 2017 0 commentaire

Cette tendance généralisée à produire les suites des films iconiques des années 80 et 90 est parfois agaçante. Non pas parce que les suites en questions sont toujours assez mauvaises (bien que…), mais surtout parce que parfois, ça sent vraiment la suite forcée, marketing, sans beaucoup d’idée…

C’est un peu l’impression que nous a donnée Trainspotting 2. Danny Boyle a voulu réaliser une suite directe du premier, 20 ans après, histoire de voir ce que chacun était devenu. Sur le papier c’est une chouette idée, on est même super content de retrouver la plupart des personnages, très attachants, du premier film sorti en 1996.

Sauf que la force du premier opus était une focalisation absolue sur les personnages justement. L’histoire était quasi inexistante et sans intérêt. On regardait simplement ces toxicos vivre et se tuer à petit feu dans une écosse ravagée. Et c’était suffisant en soit.

Là, on a une histoire de trahisons, de bordel, de boulai boulga, poussif, long, sans grand intérêt. On essaye de se rattraper au premier comme on peut, mais c’est juste pénible.

Alors oui on va le voir si on a doré le tout premier, mais on n’y va surtout pas si on ne l’a pas vu, ça ne servirait absolument à rien.
On se concentre sur le son, la musique et les images qui sont superbes, une photo magnifique et des effets visuels propres à Boyle.
On suivra aussi avec beaucoup d’attention et d’émotion l’histoire de Spud (joué par Ewen Bremner), qui sauve totalement le film.

Mais c’est tout…

Ca sort le 1er mars 2017.

 

Laisser un commentaire

Vous aimerez aussi