Perso

Nos conseils anti-blues du dimanche soir

Posté par livyetoile 24 avril 2016 0 commentaire

Le dimanche soir, c’est toujours le même refrain: la nostalgie du week-end et l’envie de rien. Si beaucoup en jouent sur les réseaux sociaux avec une redondance appuyée, il n’empêche que ce petit moment de déprime atteint pour de vrai certains d’entre nous, et parfois même de façon assez costaud. Car c’est un fait: tout le monde n’adore pas son boulot du moment ni ses collègues, et se laisse ainsi facilement gagner par les idées noires. Or les idées noires, nous on n’aime pas trop les voir s’installer. On parie qu’on fait un pied-de-nez à notre humeur bougonne et au futur lundi ?

– Une procrastination en amoureux est toujours la bienvenue. Pas besoin de prévoir un truc de dingue ni sortir le grand jeu romantique. Il s’agit juste d’un moment à deux à partager tout simplement, pour dialoguer et se retrouver en toute intimité. Ce qui, au milieu de notre emploi du temps de ministre, passe parfois à la trappe en semaine et c’est bien dommage !

– La loi des séries est ce grand classique anti-blues qui fonctionne à tous les coups. Vous n’avez aucun retard, vous, sur The Walking Dead, Penny Dreadful, New Girl ou encore Vinyl ? Vous êtes à jour sur le dernier Game of Thrones ? Ce serait bête de vous le faire spoiler quand même…
Peu importe notre série favorite, on s’emploie à contrer le vilain cafard en glissant notre imaginaire dans des histoires toutes plus folles les unes que les autres. Jusqu’à en oublier de déprimer.

– Le mode mamie ? Même pas honte ! On s’offre volontiers une session lecture-tisane dans ce bon vieux jogging difforme si confortable. Et cerise sur le gâteau, on pousse le son à fond en écoutant ces tubes inavouables des 90’s qu’on aime tant (et qui sont très mauvais). Le chat ronronne, les journées rallongent, la vie est belle. What else ?
Petit détail : on relègue le smartphone au placard et avec lui, toutes les notif’ susceptibles de nous polluer la soirée.

– De mémoire, le dimanche est un soir comme les autres, encore faut-il s’en donner les moyens. Aussi, on continue de vivre normalement en jouant la carte de la soirée cocooning, et pourquoi pas s’accorder un petit resto (promis, tous les restos de la terre ne sont pas fermés ce soir-là) une balade ou un ciné ? En bref, la meilleure façon de ne pas penser au lundi est d’appréhender la soirée en la calquant sur notre rythme quotidien de sorties et moments de détente.

– Et puis parfois, il y a le blues qui ne passe pas… Le bon gros coup au moral qui, sans explications, nous fige sur place avec pour seule envie se rouler en boule sous la couette. Et si on s’écoutait après tout ? Sans être la réponse à tout, le sommeil est un refuge aussi plaisant que nécessaire. Et puis ce sera toujours plus productif que de passer la soirée à ne rien faire et ruminer !

En résumé, le dimanche n’est pas une sinécure mais simplement une journée de plus dans notre petite vie. Alors on ne s’alarme pas et on en profite comme du reste, pourvu que l’on vive au présent.

Laisser un commentaire

Vous aimerez aussi