Bien-êtrePersoSociété

Lettre à mes règles

Posté par Ju le Zébu 27 mars 2017 1 Commentaire

Lettre à mes règles. Le cycle hormonal est la plus belle horloge qui soit mais c’est un mécanisme bien délicat. Je ne parle ici que de ma propre expérience. Chaque cycle est unique. Je pense qu’il existe cependant des situations partagées par toutes. L’absence de nos menstruations par exemple. Leur retard peut être causé par une multitude de choses qui s’expliquent plus ou moins facilement. Il y a quelques mois, je me suis trouvée dans une situation semblable. L’angoisse. J’ai alors écrit la lettre qui suit :

Chères vous,

Vous me manquez. Voilà deux mois que nous ne nous sommes pas vus. J’ai peur que vous m’évitiez.

Je le sais : je ne suis pas facile à vivre. Je me prends la tête pour peu. Je suis une boule de stress. Tout cela produit des hormones angoissées qui ont de quoi vous effrayer…

Je suis désolée. J’essaye de me détendre. D’être un peu dans l’instant sans me perdre dans d’incontrôlables projections. Mais parfois, je craque et je me fais péter une petite crise de stress. C’est plus fort que moi. J’y travaille. Ce n’est pas évident de se défaire d’un comportement.

Je me suis mise à faire (presque régulièrement, oui, oui) un peu de course à pieds (avec de vraies baskets, un jogging et tout le tralala). Ça ne vous botte pas ?

Je vous attends patiemment. Comprenez-vous qu’à mes yeux vous êtes un peu le signe du bon déroulement corporel ? Que l’horloge de mon corps marque au rythme de vos cycles le temps qui passe comme il faut ? Que tout tourne rond ? Bien sûr, lorsque vous êtes là, je ne suis pas toujours contente. Le premier jour, j’ai souvent un mal de chien. J’ai l’impression qu’une main démoniaque m’arrache avec ses ongles le bas du ventre. Mes jambes sont lourdes. J’ai faim tout le temps. Et vous me donnez envie de pleurer pour tout et rien. Le moindre block buster réussirait à me mettre en larmes. Imaginez un peu l’effet des réclames de WWF ou Action contre la Faim ? Si je ne gardais pas un peu le contrôle je me ruinerais en dons ! Ou en aliments gras. Encore heureux que cela ne dure qu’un ou deux jours. Nous cohabitons plutôt bien vous et moi. Comparée à certaines je suis même plutôt gâtée. D’ailleurs, vous ne me faites pas le coup des crampes à chaque début de cycle. Parfois, vous venez et tout coule. Cool.

Je vous attends. Et cela ajoute encore un peu de pression… J’en ai juste assez des pertes blanches qui me font des feintes régulièrement. Je fonce aux toilettes, ravie de vous revoir tâcher mes dessous, et non, vous n’êtes pas là. Quelle déception ! Ces pertes blanches et collantes sont un triste lot de consolation et elles me donnent l’impression d’être de nouveau à l’ère du collège, l’ère « pré-règles » indécise et floue. Bien sûr ces cousines pâles ont un rôle dans le cycle elles aussi. Mais en votre grande absence, je ne suis plus bien sûre de ce qu’elles signifient : ovulation ? Symptôme pré-menstruel ? Allez … un bon flot de sang !

J’ai eu peur d’être tombée enceinte aussi. Imaginez-vous un peu le stress que cela représente ? (et bien oui, pas de règles = ?). A deux reprises, j’ai fait un test. Cela ne me plaît pas beaucoup. Uriner sur ce drôle de bâtonnet n’est pas bien confortable. Heureusement, il n’en était rien. Pas de fœtus à bord. Pas de besoin de stresser pour ça !

Est-ce que vous me faites la tête ? Je vous attends. J’ai acheté une chouette petite cup violette. Elle vous attend également.

J’essaye d’être à l’écoute de mon corps. Pas trop, il ne faudrait pas ajouter encore un peu de pression. Parfois, j’ai vraiment l’impression que vous allez vous pointer. Mal au ventre, poitrine gonflée, hyper-sensibilité… Je vous connais un peu tout de même depuis le temps… Vous rappelez-vous de nos débuts ? A chaque fois vous me surpreniez. Combien de culottes rougies ? Vous me mettiez un peu en colère. Vous me bloquiez pendant plusieurs jours, vous me faisiez mal. Je ne comprenais pas bien votre utilité, votre raison d’être. Je vous trouvais un peu sales en plus. Je me sentais souillée. C’était le temps de m’habituer,  de connaître vos petites subtilités et d’apprécier ce que vous m’appreniez sur moi-même.

Bon je commence à avoir faim. J’ai une de ces dalles en ce moment ! Y seriez-vous pour quelque chose ? Je vais aller cuisiner ( une poêlé de patates douces et poireaux à la crème coco et curry, ça ne vous tente pas ?).

Bons baisers et à bientôt,

Julia.

1 Commentaire

Lettre à ma cup | Berthine 29 mars 2017 at 18 h 35 min

[…] Lettre à mes règles […]

Répondre

Laisser un commentaire

Vous aimerez aussi