Société

Le tatouage : phénomène de mode et préjugés ?

Posté par livyetoile 6 avril 2016 0 commentaire

Jadis réservé aux marins aventureux, aux bagnards, aux marginaux, comme veulent bien nous le rappeler parfois les plus réfractaires, le tatouage fascine aujourd’hui un large public : en France, 10% de la population en possède au moins un. Une fois passé sous le dermographe et constaté que « même pas mal ! », force est de reconnaître que l’envie est forte de récidiver et récidiver encore. Seulement voilà. En dépit de l’exposition « Tatoueurs Tatoués » au Musée du Quai Branly l’an passé et de l’habitude que l’on prend à voir des encrages ici ou là sur la peau des gens, le tatouage ne fait toujours pas l’unanimité. Certains argumenteront un obstacle pour trouver un emploi, d’autres évoqueront de futurs regrets, sans parler de l’aspect hygiénique qui effraie. Entre clichés et vérités déformées, la liste est longue pour les allergiques du dessin sur la peau. Mais en vrai, ça donne quoi ?

tatto-birds
Le tatouage s’étant démocratisé ces dernières années, l’hygiène s’impose comme l’une des préoccupations premières. Par conséquent, la plupart des salons rivalisent de propreté. Les pièces destinées aux tatouages sont désinfectées soigneusement et le matériel est à usage unique. En bref, tout est sous contrôle, pas de quoi paniquer. Bien sur, on ne répond de rien si vous vous aventurez, sans aucune recommandation, dans un salon poussiéreux du coin d’une bourgade ou dans un technival, à moitié ivre. Mais comme se faire tatouer est un acte indélébile et de préférable mûrement réfléchi, on est d’accord que vous n’allez pas passer à l’acte n’importe où et sur un coup de tête, pas vrai ?

Il est possible d’envisager, même en 2016, qu’un tatouage voyant ne passera pas auprès de certains employeurs. Mais a priori vous connaissez un peu votre personnalité, vos aspirations, vos domaines de prédilection et par rebonds, les métiers vers lesquels vous ne vous aventurerez jamais. Alors si par le plus grand des hasards, votre travail vous le permet aisément – et il y a de fortes chances que ce soit le cas, il n’y a pas d’objection. Pour les autres, le tatouage discret ça existe aussi !

Le tatouage, un phénomène de mode ? Oui, on ne peut pas le nier ; et puis après ? Si vous avez envie d’arborer une pièce, même beaucoup vue, c’est votre choix, votre cheminement, votre réflexion. A vous de trancher si dans le temps, vous regretterez ce craquage ou non, le but premier étant d’assumer pleinement son acte.
Gardons surtout en mémoire que de plus en plus de tatoueurs privilégient les tatouages uniques jusqu’à se spécialiser dans un style et refuser les autres. C’est un avantage certain car cela permet de mûrir son projet et de se diriger vers une personne apte et super motivée à le réaliser. Un tatouage porteur d’une signification et longuement travaillé avec votre tatoueur ne suivra pas la mode mais vous concernera VOUS.

Il semblerait que le sort du tatouage dans le temps soit une vraie préoccupation pour beaucoup. « Comment vieillira-t-il ? Et si j’ai des fluctuations de poids, il se déformera ? » Le fait d’avoir sur soi, de façon permanente, une pièce délavée et plus très neuve peut faire peur en effet, l’esthétique jouant un rôle prépondérant au milieu de tout ça. Mais à bien y penser, et au-delà du tatouage, c’est le corps tout entier qui se déformera et deviendra moins beau, quand nous serons âgés ! Le tatouage, lui, suivra juste le mouvement. Pas si grave, à bien y penser…

Concernant les préjugés, il y en a eu, il y en a, il y en aura. Avec un ou plusieurs tatouages, vous ne ferez pas l’unanimité, à commencer par vos proches, soyez-en assurés. Autant prévenir tout de suite parce qu’avant de passer à l’acte, il vaut mieux se préparer à quelques réflexions ici ou là de mamie surannée ou tonton rétrograde. Mais encore une fois, c’est personnel. Si vous avez une idée bien précise de ce que vous recherchez et si vous mettez du cœur et de la motivation dans votre projet, les commentaires désobligeants glisseront sur vous, c’est promis.

Pour ma part, je prône la réflexion avant l’action, une connaissance des différents styles de tatouages et un bon feeeling avec le tatoueur. Il ne faut pas avoir peur de dire non si ce que l’on vous propose n’est pas totalement votre souhait ! On ne parle pas d’un tee-shirt à 10 euros mais de quelque chose d’un peu plus solennel tout de même.

tatto-chat
Alors, tatouage, pas tatouage ?
La décision vous revient selon votre personnalité et vos envies. Que ce soit clair, cela ne changera pas votre vie ni qui vous êtes, contrairement aux « on dit ». Ne pensez pas panurgisme non plus : le tatouage ne vous confèrera pas un aspect rock n’roll trop cool ni ne vous transformera en badass. Enfin, n’en déplaise aux détracteurs, vous ne deviendrez pas marginal, ni bagnard, ni marin d’eau douce. En fait, vous serez juste vous, avec un truc en plus sur la peau. C’est tout.

Et vous, quelle est votre position ?

Laisser un commentaire

Vous aimerez aussi