CinéCulture

« La vengeance de Salazar », le retour de Pirates des Caraïbes!

Posté par MaryCherryTree 29 mai 2017 0 commentaire

Film de Joachim Rønning et Espen Sandberg (2017)

 

Synopsis officiel : Les temps sont durs pour le Capitaine Jack, et le destin semble même vouloir s’acharner lorsqu’un redoutable équipage fantôme mené par son vieil ennemi, le terrifiant Capitaine Salazar, s’échappe du Triangle du Diable pour anéantir tous les flibustiers écumant les flots… Sparrow compris ! Le seul espoir de survie du Capitaine Jack est de retrouver le légendaire Trident de Poséidon, qui donne à celui qui le détient tout pouvoir sur les mers et les océans. Mais pour cela, il doit forger une alliance précaire avec Carina Smyth, une astronome aussi belle que brillante, et Henry, un jeune marin de la Royal Navy au caractère bien trempé. À la barre du Dying Gull, un minable petit rafiot, Sparrow va tout entreprendre pour contrer ses revers de fortune, mais aussi sauver sa vie face au plus implacable ennemi qu’il ait jamais eu à affronter…

Avec : Johnny Depp, Javier Bardem, Brenton Thwaites, Kaya Scodelario

Mon avis : Après un quatrième film plus que raté, la saga Pirate des Caraïbes revient sur nos grands écrans ; pari risqué après la réception calamiteuse de La Fontaine de Jouvence, en 2011.

La première bonne surprise, c’est que La Vengeance de Salazar (Dead Men Tell No Tales en VO) renoue avec le charme des premiers épisodes de la saga : à la fois avec ce qu’il avait de bon, mais aussi avec ce qu’il avait de plus bancal..

D’une part, il est difficile de ne pas se laisser emporter par le rythme du film. Musique entraînante, gags plutôt réussis (une ou deux scènes m’ont même fait franchement rire), scènes de batailles épiques et, bien sûr, encore et toujours l’indétrônable Jack Sparrow (Johnny Depp of course) sans qui Pirate des Caraïbes n’aurait jamais eu autant de succès. Dans ce cinquième volet, on retrouve également quelques personnages bien-aimés, ainsi qu’un effort inédit sur l’esthétique de certains paysages (mention spéciale pour l’île étoilée qui est simplement à couper le souffle).

Cependant, il se dégage une certaine platitude autant dans le scénario limité que dans les jeux d’acteurs. Le « nouveau duo », Henry et Carina, accompagnant Jack Sparrow dans son aventure, est en fait la copie conforme de Will Turner et Elizabeth Swann (Orlando Bloom et Keira Knightley) : même tiédeur dans la façon de jouer, même dynamique entre les personnages… L’autre nouveau-venu, le Capitaine Salazar (Javier Bardem) est tout aussi décevant, même s’il est indéniable que son armée de pirates morts fait froid dans le dos.

La dernière demi-heure, qui traîne en longueur, se termine avec un épilogue plus niais que niais, un mauvais point pour un film qui avait pourtant réussi à ne pas trop tomber dans la sentimentalité plastique jusque-là. Dommage !

Le petit plus : Une apparition plutôt drôle de Paul McCartney. Saurez-vous le reconnaître, habillé et maquillé en pirate ?

Le petit moins : Il faut croire qu’une seule femme suffit à l’intrigue… Voilà un film qui échoue totalement au Test de Bechdel !

6/10

Laisser un commentaire

Vous aimerez aussi