CultureHistoire/PolitiqueSociété

La nature humaine selon Maurice Godelier

Posté par Loupche 19 juin 2017 0 commentaire
Qui est Maurice Godelier ?

Maurice Godelier est un célèbre anthropologue âgé de 82 ans et invité dans le monde entier pour exposer ses idées (le mois dernier, il était à Doha). Médaillé d’or du CNRS, auteur de nombreux livres et ancien assistant du grand Lévi-Strauss, Maurice Godelier donne encore aujourd’hui des cours qui ressemblent parfois à des épisodes de Père Castor.

Dans son dernier cours, il décide de nous présenter un bilan de ses recherches, avec comme prétexte : « comme ça si je meurs cet été, vous serez mes héritiers ». Même si j’espère que notre cher Maurice vivra encore de nombreuses années, j’ai eu envie de te présenter un de ses concepts qui a particulièrement attiré mon attention pendant son cours, à savoir ce qui compose la nature humaine.

Qu’est-ce que la nature humaine selon Maurice ? Quelles sont les choses que nous partageons tou.te.s, qui traversent l’Histoire et les cultures ?

Pour Maurice, il y a 5 composantes de la nature humaine, infinies, répétitives et communes à tou.te.s.

1. Un individu n’est jamais responsable de son existence. Il dépend toujours d’un homme et d’une femme (ou d’un spermatozoïde et d’un ovule). On n’a choisi ni de naître, ni notre sexe biologique, ni notre corps.

2. Un individu naît toujours dans une société et une époque qu’il n’a pas choisi. Il doit donc apprendre une ou plusieurs langue(s) qu’il n’a pas produit lui-même, ainsi que tout un système interprétatif.

3. On naît donc avec la capacité génétique de produire et de comprendre des signes qui font sens pour nous et pour tous ceux qui produisent et partagent le même code.

4. Un enfant ne peut pas survivre sans les soins, la protection et l’affection de d’autres être humains. Les anglo-saxons appellent ça le care. Ce sont souvent les parents qui ont ce rôle, mais pas nécessairement. La parenté, sous toutes ses formes, est donc le point de départ de la vie.

5. Du fait de la parenté, un individu va naître à une place qu’il n’a pas choisi dans une société. L’individu n’a pas choisi d’être homme ou femme, blanc ou noir ou, pour donner un exemple plus extrême, il n’a pas choisi la caste dans laquelle il va naître en Inde.

Essaie d’appliquer ces composantes à chaque être humain sur cette planète, que ce soit la bobo parisienne ou l’homme de Papouasie-Nouvelle-Guinée, tu verras que nous y répondons tou.te.s ! Ces 5 éléments échappent à notre liberté, malgré le fait qu’ils soient constitutifs de ce que nous sommes. Mais Maurice rappelle qu’il ne faut pas oublier l’importance de l’histoire des sociétés dans l’équation, ce qui rend finalement ces invariants variables.

J’espère que cette petite leçon d’anthropologie avec le grand Maurice Godelier t’a plu !

Laisser un commentaire

Vous aimerez aussi