PersoPortraits

Portrait – « Je ne m’y fais pas. Je n’accepte pas cette information »

Posté par HeHo 27 mai 2017 0 commentaire

Une série de portraits consacrée aux “jeunes”. On parle souvent d’eux comme une entité homogène mais qui sont-ils réellement, dans leur singularité ?

Si tu veux participer toi aussi, contacte-nous par mail: contact@berthine.fr

 

Coucou ! Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Maxence, j’ai 27 ans, je suis en recherche d’emploi en bureau d’étude plus centré vers la mécanique. J’habite Reims depuis quelques années et j’adore l’humour noir. Passionné de manga et de bouffe je regarde Food Wars ou des séries humoristiques comme Kaamelott. Je suis très curieux, par exemple j’adore concevoir des choses en trois dimensions sur ordinateur.

Je suis reconnu handicapé de type « moteur » pour une perte d’audition à la naissance avec d’autres complications. Ce qui veut seulement dire que je suis malentendant depuis très jeune et que ça ira en empirant au fil des années.

J’ai aussi fait du tennis à partir de mes 4 ans, je passais plus de temps à courir après les balles tel un toutou plutôt qu’à jouer, mais grâce à ça on peut dire je maitrisais le cours. Et plus tard, j’ai aussi fait le semi-marathon de Reims. Enfin, j’avais quelques pages d’humour sur Facebook, elles ont toutes été supprimées vers les 55.000/60.000 likes mais si tu veux voir ma déchéance ça se passe sur la page Inutilité II, que je co-administre, où on essaye de regagner notre gloire d’antan.

 

Quel est ton parcours de vie (scolaire/universitaire/travail…) ?

Mon parcours reste assez chaotique. J’ai fait trois terminales scientifiques « sciences de l’ingénieur », puis un BTS en maintenance, une prépa « spé maths » en un an, un an d’école d’ingénieur en packaging et un an de fac de psycho. Pour la loi je suis BAC + 3 fois deux … ce qui me fait une belle jambe.

J’ai aussi été accompagnateur personnalisé en maths dans un lycée et en service civique comme chargé de prévention auditive. Mon service civique consistait à améliorer la disponibilité de ma « cheffe » en tant qu’assistant ou conseiller. Je donnais 24 heures de mon temps par semaine, pendant 6 mois. C’était super enrichissant, j’ai fait quelques missions assez variées, je conseille réellement de faire un service civique. Si les conditions sont bonnes tu apprends à connaître le monde du travail.

 

Est-ce que tu peux expliquer un peu ce qu’est ton quotidien en tant que malentendant ?

Déjà je suis né avec une perte significative d’audition, donc il n’y a pas eu de grande évolution depuis que je suis petit. Par exemple, je me suis habitué à mettre une dizaine de réveils avec des tonalités différentes le matin pour avoir une chance de me réveiller si je me suis endormi sur mon oreille la plus valide. Depuis l’âge de 11 ans, j’ai eu plus d’une quinzaine d’opérations pour enlever une sorte de gangrène de l’oreille et j’ai eu deux opérations reconstructives, l’une pour refaire marteau, étrier, enclume et l’autre la mastoïde. Ces opérations m’ont fait retrouver une audition acceptable pendant deux mois à chaque fois. J’ai donc eu que quatre mois dans ma vie où mon audition était acceptable. Le retour à la réalité ne se fait pas tout de suite. Tu te dis pas « ah mince, j’entends plus les canards et la rivière en face de chez moi » ou « ah mince, j’entendrais plus jamais ces harmoniques là de Linkin Park c’est trop bête ». Tu en oublies juste la chance d’avoir pu entendre ta musique préférée … Linkin Park hein, pas les canards. L’humain est comme ça. C’est plus facile de vivre sans regrets, en oubliant.

Sinon, j’ai appris tout seul à lire sur les lèvres quand j’étais en primaire. Parfois je passe pour un boulet qui attend avant de répondre car je vérifie les informations que j’ai reçues par lecture labiale en lien avec le contexte de la conversation, j’assemble les sons pour faire un semblant de phrase et j’applique par-dessus ma mémoire visuelle pour dégager le sens de ce qu’il se passe. Ça à l’air barbare mais c’est devenu tellement un mécanisme pour moi que je m’en rends plus compte.

J’ai une aide auditive pour les deux oreilles mais je suis pratiquement sourd à droite, et par ailleurs je suis censé être complètement sourd à mes 30, 35 ans. C’est dans pas longtemps. Mais je ne m’y fais pas. Je n’accepte pas cette information.

Évidemment, le plus dur c’est pas le regard des autres, ça ne se voit pas. C’est les stéréotypes. Lorsque qu’on est malentendant et que l’on parle avec un employeur ou un recruteur, même si c’est une conversation téléphonique sans soucis de compréhension la personne s’imagine des caisses et ne prend pas le risque d’embaucher « un handicapé ».

Un autre exemple, c’était lors du brevet des collèges, j’avais un tiers temps et pour l’exercice de dictée, au lieu que mon aide soit en face de moi pour que je puisse lire sur ses lèvres j’avais à remplir un texte à trou de niveau primaire. N’importe qui, handicap ou non, se sentirait diminué face à ce genre d’aide.

J’ai aussi un déficit immunitaire qui fait que je peux tomber malade à tout moment si je ne prends pas mes perfusions toutes les trois semaines à l’hôpital. Cet autre paramètre de l’inconnu peut faire peur et accentuer le cliché d’une personne handicapée, diminuée.

 

Ton plus grand rêve ?

Je ne pense pas avoir un grand rêve en fait. Je vis au jour le jour, en me prenant certes beaucoup la tête, à me questionner sans arrêt sur tout et n’importe quoi, mais si on peut appeler ça un « rêve » je souhaite juste fonder une famille, avoir un boulot et être tranquille avec un « train-train » quotidien. Je vais avoir 28 ans et je n’ai toujours pas réellement travaillé car personne ne me laisse cette chance, donc c’est malheureux à dire mais quand je réfléchis à cette question, je me dis que j’aimerais juste être introduit dans la vie active comme une personne « NORMALE ». J’ai passé des tests avec une sorte de médecin du travail, je peux bosser à mi-temps, avec des outils adaptés qui seront payés par un organisme. Donc en fait, il ne me manque plus qu’un patron. C’est triste d’avoir ce genre de rêve n’est-ce pas ?

 

En quoi c’est cool d’avoir 27 ans en 2017 ?

Tu es à la fois jeune et vieux, ce qui fait que tu n’as pas de mal à avoir une conversation avec des plus de 16 ans sans qu’il y ait une barrière de langage. Le « jeune » sait que tu commences à avoir de la bouteille donc il te respecte et le « vieux » en fait de même car tu n’es plus un gamin. Je trouve qu’en 2017 les jeunes sont de plus en plus responsables, au sens d’avoir plus de responsabilités, donc tu peux parler de tout et de rien avec eux sans être largué.

 

En quoi c’est dur ?

Le travail. Je pense que le plus dur en 2017 ça serait de trouver du travail. Handicap ou non. Parfois je reçois une offre du type « AU MOINS DIX ANS D’EXPÉRIENCE DANS CE DOMAINE » … autant dire que j’insulte la terre entière pendant vingt minutes pour me calmer tellement que je trouve ça paradoxal de chercher des employés d’élites sans laisser la chance aux autres de se former.

 

Tu peux nous donner tes « conseils culture » ?

Je vous conseille fortement de lire La Tour Sombre de Stephen King. En plus il y a une adaptation en film qui va sortir mais je vous conseille de lire les tomes avant. J’ai lu les 9000 pages en un mois et demi, juste avant de passer l’examen de BTS … C’est pour dire comme c’est addictif. En film, il y a The Big Lebowski qui est excellent, pour ceux qui adorent les quiproquos c’est le best. Je ne vais pas m’étendre dessus, si vous ne l’avez pas vu, foncez.

Pour la musique, j’écoute souvent du Monstercat, il y en a pour tous les goûts et j’adore cette mixité, si je devais conseiller un titre se serait Helberg The Girl.

Aussi, niveau jeux-vidéos, je joue en ce moment à Rainbow 6 Siege et Watch dog 2 sur PC. Le premier me rend un peu hargneux vu que je n’entends pas les bruits de pas et les sons aigus … je dois être maso pour continuer à entretenir mon niveau. Et pour le deuxième c’est détente totale. Le son n’est pas primordial donc je peux limite faire autre chose en même temps. Et faut dire ce qui est, ce jeu est magnifique graphiquement.

Enfin, si vous aimez les pages comme celle de Monsieur le Prof sur Facebook je vous conseille celle de Yoann explique la vie V, le Pape contre-attaque. Il parle, entre autres, de son quotidien d’étudiant avec humour, souvent très noir, mais comme il le dit si bien « L’humour n’a de limites que pour les gens limités ».

 

Si tu devais dire quelque chose à ton toi dans 20 ans, ce serait quoi ?

« Patience, ça ira un peu mieux dans quelques années ! »

Laisser un commentaire

Vous aimerez aussi