JardinageSciences & Nature

Herbier d’été : 1, 2, 3 soleil !

Posté par Ju le Zébu 7 août 2018 0 commentaire

Alors que les champs s’assèchent et que les fleurs brunissent sous l’effet de la chaleur, une plante a encore la tête bien haute : le tournesol. Par milliers dans les champs, ils regardent le ciel et le soleil, comme s’ils en savouraient l’éclat brûlant.

C’est un jeu d’enfant de décortiquer le nom de cette grande fleur jaune : « tourne » comme « tourner » et « sol » comme « soleil ». Car comme nous le savons presque tous, elle suit la course du soleil. On l’appelait auparavant « héliotrope » (une version plus hellénique).

Comme un grand nombre de plantes que nous cultivons, le tournesol n’est pas originaire d’Europe. La plante aurait été découverte par les Espagnols au cours du XVIeme en Amérique du Nord. On commence à la cultiver sur le vieux continent un siècle plus tard, afin d’extraire les graines pour produire de l’huile. La tige de la plante, très riche, sert à nourrir les animaux.

Le tournesol est une plante très robuste et donc facile à cultiver. Elle résiste parfaitement à la chaleur grâce à son système racinaire bien développé (qui peut atteindre trois mètres de profondeur) et grandit très vite. Sa croissance est directement liée à son exposition au soleil. Jeune la plante pousse très vite dans la journée, et ce grâce à une hormone en particulier, l’auxine. Celle-ci se concentre dans la tige mais n’aime pas le soleil et fait donc pousser plus rapidement la partie à l’ombre. Le soleil tournant, l’auxine se déplace de l’autre coté pour le faire pousser également. Cette croissance inégale donne l’impression que la plante ondule et suit le cours du soleil. Ce phénomène s’appelle l’héliotropisme. A la floraison, la fleur se fixe vers l’Est. Elle ne suit donc pas (ou plus) le soleil.

La fleur soleil est une plante annuelle* appartenant à la famille botanique des Astéracées. Ces dernières ont la particularité d’être composées dans leur centre d’une multitude de petites fleurs (alors que nous avons généralement l’impression qu’il s’agit d’une seule grande fleur). On remarque d’ailleurs mieux cette caractéristique sur le tournesol, de part sa grande taille. Son cœur est en effet composé de petite fleurs ou alvéoles lorsqu’elles n’ont pas encore éclos. Les marguerites et les dahlias font également parties de la famille des Astéracées par exemple.

La plante est impressionnante de part sa grande taille (jusqu’à 2,5m). La variété de tournesol géant Mammoth, peut même atteindre 4m ! Si l’image la plus répandue est celle des fleurs jaunes que nous voyons dans les champs, il existe cependant de nombreuses variétés dont les pétales peuvent être jaunes, oranges ou rouges. On trouve d’ailleurs, plusieurs variétés d’agrément qui se cultivent très facilement.

Le tournesol a quelque chose de modeste dans sa simplicité et pourtant tout le monde aime cette grande fleur qui pousse par centaine sur son épaisse tige, fondu dans le paysage estival. On aime y voir de la chaleur, la chaleur d’un petit soleil. C’est peut-être ce qu’essayait d’immortaliser Van Gogh dans ses propres tournesols. Et ne s’agit-il pas, des fleurs les plus chères du monde ?

* plante annuelle : en une année, la plante passe par tous les cycles de son existence (de la germination à la fabrication de graines).

Laisser un commentaire

Vous aimerez aussi