Arts et LittératureCulture

Éclosion : quand la petite bête mange la grosse

Posté par Ju le Zébu 8 juin 2018 0 commentaire

Guerre atomique, ouragan, invasion extra-terrestre … En matière d’idées apocalyptiques, la littérature et le cinéma ont déjà été assez prolifiques. Trop prolifiques peut-être.

Si les États et les Hommes se préparent bien à tout genre d’attaques, à l’aide de systèmes complexes, d’entraînements intensifs ou de profonds bunkers, n’y a t’il pas malgré tout une menace (ou plusieurs) capable de s’immiscer entre les mailles du filet ?

Ezekiel Boone (ou Alexi Zentner qui se cache derrière ce pseudonyme) avec Éclosion, nous montre qu’il est toujours possible de nous terrifier dans le genre apocalyptique.

Lors d’une randonnée dans la jungle péruvienne un groupe est dévoré par une énorme masse noire. Peu après, un agent du FBI enquête sur le crash de l’avion du milliardaire survivant de cette excursion. Une scientifique américaine, spécialiste des araignées reçoit un étrange œuf fossilisé en provenance d’Amérique latine. Ce roman chorale emmène le lecteur aux quatre coins du globe, parmi toute sorte de gens. Politiques, scientifiques, force de l’ordre mais aussi écrivain, survivaliste, retraité… Partout, absolument partout se déroulent des faits inexplicables mais la routine se poursuit là où elle le peut encore. Jusqu’à ce que la Chine fasse exploser une bombe nucléaire sur son propre territoire, détruisant toute une partie du pays et sacrifiant ses habitants avec.

La toile tissée entre tous ces personnages et leurs réactions est la grande force de ce récit. Elle permet à la fois de rassembler des parcelles de vérités, sans jamais en comprendre l’ensemble, créant un suspens intenable.

Les personnages en plus de cela, sont tous très touchants, présentés avec leurs défauts et leurs problèmes mais aussi dans leurs différentes fonctions (présidente des USA, journaliste, simple citoyen). Ce large panel met en avant leur dilemmes politiques, scientifiques, et moraux surtout.

Toute la planète est touchée, sans distinction. Le danger est d’autant plus effrayant qu’il ne semble pas entièrement improbable. Une loterie terrible et fascinante s’effectue entre ceux qui ont la chance de survivre et ceux qui s’écroulent. Parce qu’il ne s’agit principalement que de chance. Et parfois d’une once de bon sens (fuir le danger, ne pas rester le regarder).

Aucune solution n’est trouvée face à cette menace biologique inédite dans le premier volet de cette trilogie. Suite à paraître…

« Miguel crut voir un fleuve noir arriver en trombe derrière lui. L’homme avait à peine eut le temps de se mettre à genoux que la masse noire était déjà autour de lui. Miguel fit quelques pas en arrière mais il s’aperçut qu’il n’avait pas envie de détourner le regard. Le fleuve noir était toujours sur l’homme, tourbillonnant et s’accumulant, comme si une sorte de barrage le retenait. Une sorte de bosse bougeait : c’était l’homme qui continuait de lutter. Et la bosse s’effondra. »

Éclosion, Ezekiel BOONE, Actes Sud, avril 2018, 22,50€

Laisser un commentaire

Vous aimerez aussi