Bien-êtreQuotidienSanté

Diététique chinoise : Repas de fête et repas quotidiens [1/8]

Posté par Loupche 14 juillet 2018 0 commentaire

Cet été, je te propose une petite introduction à la diététique chinoise, à travers huit règles fondamentales qui la régissent. La diététique chinoise est très facilement transposable à notre alimentation occidentale, même si elle implique de revoir certaines de nos croyances. Dans cette série d’articles, chacun dédié à une règle, je t’expliquerai, entre autres, pourquoi ne pas se frustrer est en soi un acte diététique, quels aliments doivent être consommés avec modération, comment manger un repas et composer son assiette, mais aussi (et c’est fondamental en médecine chinoise) comment s’hydrater et quelle quantité boire. A la fin de l’été, tu auras toutes les clés en main pour prendre en charge ta santé à travers l’alimentation. Prêt.e pour le voyage ?

PREMIÈRE RÈGLE : DIFFÉRENCIER REPAS DE FÊTE ET REPAS QUOTIDIENS

Avant de rentrer dans les détails alimentaires, il est fondamental de bien différencier les repas de fêtes et les repas quotidiens. Dans la médecine chinoise, les repas de fête sont obligatoires pour ne pas frustrer nos organes et les laisser fonctionner à leur plein potentiel. La jouissance par l’alimentation est nécessaire mais ne doit pas être excessive, sous peine de se retourner contre l’organisme.

Un repas de fête, qu’est-ce que c’est ? C’est un repas où l’on intègre tous les interdits de la diététique chinoise. C’est-y pas super cool ? Une diététique qui intègre comme la première de ses règles l’idée de ne pas se frustrer !

Il est important d’établir un rapport d’environ un repas sur six qui soit un repas de fête. Si l’on compte le déjeuner et le dîner, cela fait une dizaine de repas de fête par mois, tandis que les autres doivent être diététiques, quotidiens. Pour te faire une idée, en termes de diététique chinoise, les repas occidentaux sont à 50% des repas de fêtes, ce qui est, évidemment, excessif.

Les repas de fête ont deux objectifs principaux. Avant tout, ils font plus travailler l’organisme que les repas diététiques, ce qui le maintient en forme sans trop l’épuiser. Ensuite, ils permettent d’y incorporer tous les interdits des repas quotidiens, ce qui évite de se culpabiliser. En France, tout ce que l’on peut trouver dans un restaurant chinois relève du repas de fête.

Quand on est malade, il est important de ne pas faire de repas de fête, puisque l’impératif est avant tout de se soigner. De même, si nous sommes dans un état dépressif ou de forte colère intérieure, une alimentation faite d’excès se retourne contre nous, puisque les émotions bloquent les organes qui permettent la digestion et l’assimilation des aliments (Estomac, Intestins, Rate/Pancréas…). En fait, si le corps a de la force, il peut éliminer ce qui est nocif, et il est donc sain d’avoir des repas de fête dans le mois. Par contre, s’il n’en est pas capable, ces substances vont ralentir l’organisme et nous rendre malade.

Voilà, je t’ai présenté la première règle, très simple, de la diététique chinoise ! La prochaine règle t’expliquera quels sont les interdits diététiques qui ne peuvent pas être incorporés dans les 50 repas quotidiens du mois, mais peuvent être intégrés dans la dizaine de repas de fête.

Laisser un commentaire

Vous aimerez aussi