PersoSociété

Cet hiver, devenez un sauveur d’oiseaux!

Posté par MaryCherryTree 16 septembre 2017 0 commentaire

J’ai une mauvaise nouvelle à vous annoncer : l’été touche à sa fin. D’ici cinq petits jours, le solstice d’automne aura pointé le bout de son nez. A vous les cafés sous la couette, les après-midis pluvieuses qui bercent, les belles couleurs orangées ! Malheureusement, pour nos amis les oiseaux, l’arrivée des mois froids rime avec un combat quotidien pour survivre….

 

Résumons la situation. Il existe deux grandes catégories d’oiseaux en France : les hivernants et les migrateurs. Les premiers ont un métabolisme à sang chaud dit rapide : c’est-à-dire qu’ils consomment très rapidement leurs réserves de graisses et d’eau pour maintenir leur métabolisme actif (c’est-à-dire pour le réchauffer et l’activer). La raison de cette consommation rapide ? L’aérodynamisme, pardi ! Si nos mésanges stockaient plus que le strict minimum dans leurs corps, elles ne pourraient pas décoller. Les migrateurs, quant à eux, ont des métabolismes globalement plus adaptés aux vols de longue, voire très longue, distance. Ainsi, non seulement leur espace de stockage est un peu plus grand, mais le reste de leurs fonctionnalités vitales (rythme du cœur et de la respiration, isolation fournie par le plumage..) convergent toutes vers un même but : tenir le plus longtemps possible en l’air sans trop s’épuiser. De véritables marathoniens des airs !

Il existe un mythe urbain qui persiste, c’est que les oiseaux migrent pour aller trouver des climats plus chauds et se dorer tranquillement la pilule en attendant le retour de températures plus douces. C’est faux ! En fait, pour tous les oiseaux, le manque de nourriture est la cause de la migration, car celui-ci est bien plus difficile à supporter pour nos amis ailés. Mais, alors que la nature ralentit peu à peu avec l’arrivée du froid, les sources de nourriture s’épuisent : graines, insectes, fruits se font bien plus rares. Par ailleurs, la destruction de zones rurales ou forestières diminue d’autant plus le stock de biens alimentaires… La quantité de recherche que doivent opérer les oiseaux pour se procurer à manger les épuise, souvent jusqu’à les tuer. Si l’écosystème avait fonctionné normalement, il y aurait dû avoir exactement la bonne quantité de nourriture pour que les oiseaux restant sur le territoire aient de quoi survivre l’hiver. Malheureusement, ce n’est pas le cas.

Mais, ouf ! Vous pouvez leur donner un coup de pouce ! La chose la plus évidente à faire, c’est accrocher de la nourriture dans vos jardins, terrasses, ou même dans les jardins publics. Les boules de nourriture à la margarine se trouvent dans beaucoup de grandes surfaces et magasins de jardinage, mais sont également très faciles à faire vous-même ! Vous pouvez aussi acheter des distributeurs à graines (les graines de tournesols sont très appréciées mais il existe aussi des mélanges en animalerie). N’oubliez pas les oiseaux insectivores, et pensez à prévoir pour eux aussi. Les hivernants sont les plus touchés par cette famine annuelle ; ainsi vous verrez sûrement des mésanges, rouges-gorges, merles en tout genre. Mais avec un peu de chance, un oiseau migrateur choisira votre source de nourriture comme « étape » pour reprendre des forces et reprendre son long voyage !

Quelques conseils :

  • Placez vos boules de nourriture hors de portée des prédateurs, comme les chats ! Si vos oiseaux sont tués par le matou du coin alors qu’ils viennent manger pour survivre, je ne suis pas certaine que l’opération soit viable sur le long terme. De même, attention aux rats ou autres parasites qui pourraient se nourrir à leur place !
  • Une fois le nourrissage commencé, veillez à ne pas l’interrompre avant au moins début mars. La disparition d’une source de nourriture peut complètement perturber un oiseau et l’empêcher de se nourrir par la suite.
  • Si vous n’êtes pas sûr.e.s de la qualité/pertinence de vos ingrédients, achetez des boules toutes faites. Une mauvaise alimentation peut être aussi meurtrière qu’une famine.
  • N’oubliez pas d’installer un point d’eau! Les oiseaux ont des besoins hydriques très importants, l’eau est donc primordiale.

 

L’hiver, c’est l’alimentation et l’hydratation dont les oiseaux ont le plus besoin ; en France, il est souvent déconseillé de placer de la nourriture toute l’année. Lorsque le soleil revient, ils sont tout à fait capables de se débrouiller tout seuls ! Il est justement important de laisser parfois la nature faire, pour ne pas trop perturber son équilibre précaire.

Cependant, si vous voulez leur donner un coup de pouce (ou de plume) le reste de l’année, pourquoi ne pas compenser la disparition d’espaces naturels en installant des nichoirs ?

Hello GIFs - Find & Share on GIPHY

 

Laisser un commentaire

Vous aimerez aussi