ActualitésHumeurs

8 choses à savoir avant de se mettre en couple avec un·e prof

Posté par Gomasio 12 juillet 2018 0 commentaire

Vous venez de rencontrer quelqu’un. Il·elle est intelligent·e, calme, drôle, attachant·e… bref un bien beau cocktail. Il y a un seul petit soucis et vous l’avez d’ailleurs su avant tout le reste : il·elle est prof. Une qualité ? Un défaut ? Toujours est-il que cela est perturbant. Alors voici 8 choses à savoir avant que vous vous mettiez en couple avec cet individu.

 

1- Les vacances

« Olala c’est tellement cliché de penser direct aux “vacances” quand on parle des profs, bouh scandaleux, je dislike Berthine » Alors oui mais non. Effectivement, un·e prof bénéficie de toutes les vacances scolaires ce qui peut attiser une certaine jalousie. Cependant n’oubliez pas qu’iels n’ont QUE les vacances scolaires. Ce qui veut dire : adieu les bons plans hors-saisons, ce ne sera jamais pour vous. À chaque fois que vous partirez en vacances, il y aura des enfants partout et des prix exorbitants.

 

2- Les copies

Quand je me suis mise en couple avec un prof, je me suis dit que ça allait être super drôle de pouvoir lire les copies avec lui. Que de bons moments en perspective à rire des perles des élèves au coin du feu ! Oui mais…non. Sachez d’abord qu’un·e prof déteste corriger des copies. Pour info, un·e prof de SVT au collège peut avoir 12 classes de 30 élèves. Imaginez 2 contrôles par trimestre : plus de 2000 copies dans l’année ! (et après on dit que les profs ne travaillent pas ?) Et même si votre bien aimé·e est prof de philo, vous allez vite déchanter après la lecture d’une seule copie : c’est juste chiant.

 

3- Les autres profs

Si votre partenaire est prof, il y a de grandes chances qu’une bonne part de son entourage soit… prof. Là aussi attendez-vous à une sacrée désillusion. Au début vous allez trouver ça cool, rencontrer ses collègues, des profs en tout genre : fascinant ! Très vite, vous allez apprendre à éviter comme la peste ces réunions où on ne parle que de notes, d’élèves, de corrections, de réformes… « Chéri·e je fais une soirée avec mes collègues, ça te tente ? » Euh non désolé·e, j’ai poney.

 

4- Les mutations

Les premières années (parfois plus !), les profs sont des “titulaires sur zones de remplacements” (TZR dans le jargon). Iels sont donc chaque année trimballé·e·s de villes en villes, de lycées en collèges, et parfois d’un département à l’autre. Et ne vous attendez pas à pouvoir prévoir grand chose, les surprises sont fréquentes et vous n’êtes bien sûr au courant que le plus tard possible. Alors conseil si vous aimez la stabilité : choisissez un·e prof suffisamment âgé·e ou alors acceptez de vivre dans les Deux-Sèvres (où votre cher et tendre pourra trouver un poste fixe facilement !)

 

5- Au quotidien

Bien que dans leurs centres de formation on leur apprenne très vite à séparer leur vie professionnelle de leur vie privée, force est de constater que…. vous pouvez vous mettre le doigt dans l’œil. Vous apprendrez vite que la moindre situation peut devenir inspirante pour quiconque a des élèves. Le/la prof se met régulièrement à avoir de nouvelles idées pour ses cours à des moments random. Imaginez-vous devant un film dramatique, les larmes plein les yeux et votre partenaire qui s’exclame « attends mets pause, je pense vraiment que je pourrai utiliser cette scène avec mes Terminale ES ! »  On adore.

 

6 – Au quotidien (bis)

Au travail, les profs passent leur temps à expliquer, et iels ont souvent du mal à lâcher cette habitude dans le reste de leur vie. Ainsi, ne vous étonnez pas si pour vous indiquer le chemin pour se rendre chez ses parents, votre partenaire vous offre un itinéraire avec introduction/développement/conclusion. Et les déclarations d’amour façon tableau noir c’est tellement romantique <3

 

7- Le jargon

Que vous le souhaitiez ou non, vous aurez très vite fait d’apprendre plein de nouveaux mots et ainsi de vous rendre incompréhensible auprès des personnes ne fréquentant pas le milieu de l’Éducation Nationale : TZR, réunion d’harmo, ESPE, IA-IPR, IG-IPR, Pronote, contractuel·le, hors-classe… Vous serez bilingue français – agent de la fonction publique d’État.

 

8- Le métier

Sachez-le immédiatement, un·e prof se plaint tout le temps. Et à raison. Iels ont beaucoup de travail, des horaires parfois ridicules, des élèves relous, un salaire pas à la hauteur de leurs qualifications et en plus un métier moqué et peu reconnu. Mais alors ne vous avisez pas, vous, de critiquer leur travail, et surtout, surtout pas en public. Car si vous le faites, votre partenaire se métamorphosera soudain en défenseur du “plus beau métier du monde” et invitera tout le monde à rejoindre l’Éducation Nationale.

 

Bien sûr tout cela ne vous concerne pas si vous êtes profs vous-même ! Et force est de constater que les couples inter-profs sont bien plus fréquents. Coïncidence ? Je ne crois pas.

 

PS : Maël je t’aime

Laisser un commentaire

Vous aimerez aussi